logos_jaune10 janvier 2009 N°252

Il aura fallu, trois drames pour que le déficit sanitaire, de la France remonte à la surface.

le décès d'un jeune garçon de 3 ans, victime d' une erreur de produit administré pour soigner une simple angine, celui d' un nourrisson de 6 mois, pour excès de dosage; celui d'un homme pris en charge par le SAMU qui devra payer de sa vie l' incurie administrative des hôpitaux , 24 services de réanimation  ne voulant l' accepter.

La ou il devrait y avoir le maximum de sécurité pour le patient, c' est tout le contraire qui se produit. Les hôpitaux en manquent de personnel , deviennent dangereux pour le patient, qui en plus de sa maladie se doit dans son intérêt de surveiller les produits que l'on lui administre.

Il ne s' agit pas la seulement d' une incurie du système hospitalier, mais aussi de la volonté de l' état, de réduire et encore réduire la dépense publique de mettre dans « l'insécurité sociale » un nombre croissant de malades jusqu' à les faire crever. Pour preuve les irradiés d' Epinal et de l' hôpital de Toulouse les 15000 mort de la canicule d' août 2003. Il n' y a pas comme le dit la presse « Un hôpital malade de son organisation » mais un gouvernement, qui organise  la pénurie sanitaire jusqu' à mettre en péril la vie des être humains.

En effet le manque de médecin sera le mal du 21éme siècle, et qui trinque en premier: Les prolétaires des campagnes et des banlieues. C 'est dans ces zones, que la médecine à la chaîne fait son apparition. Une statistique récente  indiquait que pour toute la France , le temps de consultation était en moyenne de 16 minutes en 2002. La conscience professionnelle de certains médecins, est en bout de course  ( 50 à 70 heures par semaine), pas de quoi faire de nouvelles recrues pour l' avenir.

D'autant, que le gouvernement va jusqu'à, bonifier le refus de soins. Désormais, les médecins auront aussi la possibilité d’empocher cinq à sept euros par patient, s’ils se comportent de manière vertueuse, c’est-à-dire s’ils appliquent les consignes d’ « économie » et de « prévention » définies par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, un engagement qui serait formalisé par la conclusion d’un "Contrat d’Amélioration des Pratiques Individuelles".

Des dirigeants des hôpitaux écoeurés jettent l' éponge, comme à Nantes, Marseille,Toulouse. La totalité des CHU sont maintenant dans le rouge (225 millions de déficits) une paille par rapport aux banques. Mais une somme suffisamment importante, pour faire un appel au SAMU de l' état, qui en la circonstance ne connaît qu' une méthode « réduire les effectifs » pour provoquer la catastrophe sanitaire du siècle, si la pandémie prévisible venait à éclater. Le rapport Larcher dit de modernisation de l' hopital comme bien d' autres modernisations, n' est qu'un rapport visant à rendre plus productif , voir industrialiser l' hopital afin d' y implanter une « nouvelle culture managériale  » en regroupant les établissements dans des Communautés hospitalières de territoire (CHT), couvrant une population de deux à quatre cent mille personnes. Ce qui veut dire , supprimer et encore supprimer des postes , deux exemples: La direction de l’hôpital de Pontoise  ( Val d' Oise) veut  supprimer 200 postes dont une quinzaine de postes de médecins . Une fois  encore, des services sont menacés de fermeture. Ce sont les 500 000 habitants des 4 départements, qu'il désert qui sont concernés. A Nantes et ailleurs c' est le même sinistre programme, qui est appliqué, 33 millions de déficit à comme équivalent 200 suppressions de postes sur les 8200 du CHU... Les urgentistes, deviennent le déversoir du manque de généralistes, manque qui selon les statistiques de la DRESS devrait augmenter. La DRESS prévoit une diminution du nombre de médecins généralistes de 15% d' ici à 20 ans , alors que le vieillissement de la population va s'accroître.

Alors face au danger sanitaire, il faut la rébellion, il faut montrer du doigt les responsabilités à tous les niveaux. Ne pas hésiter à descendre dans la rue, pour exiger l'arrêt immédiat de toutes les suppressions et restructurations de services , la réouverture des services qui ont été fermés.

Quelques exemples de mobilisation

France Hôpital, Patients, Santé, Territoires : Un projet de réforme de plus en plus contesté 09-01-2009 [CGT]

France Hôpitaux publics : Les Français majoritairement confiants 09-01-2009 [CGT]

France Hôpital Edouard Herriot à Lyon : Un mois de grève 08-01-2009 [SO]

France Des infirmiers en grève depuis un mois aux urgences d'un hôpital lyonnais 07-01-2009 [Monde]

Canada Campagne du CSHO pour le financement des hôpitaux 07-01-2009 [SCFP]

France Hôpitaux: deux organisations de médecins appellent à la mobilisation le 29 janvier 07-01-2009 [NouvelObs]

France Grève reconductible aux hôpitaux de Strasbourg 07-01-2009 [Alsace]

France Grève aux hôpitaux de Strasbourg pour accueillir Nicolas Sarkozy 06-01-2009 [Libé]

France Les agents du centre psychiatrique de Poitiers réclament une prime pour travaux dangereux 06-01-2009 [Miroir]