Les propriétaires et responsables de sociétés anonymes, se plaignent qu' on les « séquestres »,  eux qui par l' esclavage salarié et l' exploitation séquestrent depuis des lustres la majorité de la population mondiale.Non seulement ils la séquestrent , mais aussi la parque  par milliers  dans des camps à déclinaison multiple, camp de rétention , camp d'internement, camp de travail , zone d' économique spéciale ZES1, prisons ...

  Mais dans la société de classe, le jugement sur le monde  est toujours celui de la classe dirigeante, et de ses lois,  et les rétentions / séquestrations sont autorisées et encouragée jusqu ' au plus haut niveau. Dans l'Union européenne on  dénombre 224 camp de ce type.

  Actuellement , la presse aux ordres, reprend le discours  de Madame Medef et de Monsieur Sarkosy sur la « liberté » et les choquantes séquestrations ( disons retenues) de quelques responsables pour en général négocier quelques tunes en échange de licenciement.

On ne pense même plus à l' autogestion , la mondialisation ayant annihilé  tous les espoirs de pouvoir faire tourner l'entreprise pour soi.2

Dans les médias on commence à faire le bilan :

13 mars séquestration des dirigeants de France Sony

23 mars des patrons des 3M à Pithivier

31 mars rétention de quelques heures de François-Henri-Pinault à la FNAC.

1er avril – 5 cadres de Caterpillar sont retenus à Grenoble

8 avril- les dirigeants britanniques de Scapa  sont en rétention sur le site de l' Ain.

Des faits relativement mineurs comparés aux rétentions de prolétaires, organisés dans l' hexagone depuis  les années 1970. Selon nos sources les premières rétentions de prolétaires furent clandestines. On procéda à des parquages  dans  des hangars , comme dans le camp d' Arenc du port de Marseille . 

Manif_Barb_s_16_juin_1979Ensuite , les mesures légales visant à renforcer la séquestration/ rétention de prolétaires immigrés  vont se multiplier ( Loi Bonnet / Stoléru 1980) malgré les manifestations massives.

Ensuite, de Chevénement ( et oui) à Hortefeux  on alla juqu' au sommet en construisant le « camp de Sangatte » et depuis c'est 32 camps de ce type en France avec barbelé, miradors et garnisons qui séquestrent des milliers d'immigrés.

Il est un fait maintenant incontournable, que la crise  vient de promouvoir le retour de la classe des prolétaires sur le devant de la scène. Partout dans le monde la pression augmente au fil des  licenciements; ceux ci contraignant la classe prolétaire à renouer avec des combats plus frontaux.

Finies les manifs carnaval , ballons, sono, merguez, et fumigène,  organisées par les syndicats. L' heure est grave, et pour les prolos virés aujourd hui peu importe qu' en 2010, 2011,2012 l' économie mondiale sorte de la crise, ils en sont les victimes immédiates dans leur chair, alors plus d' illusion c'est le dos au mur qu'ils doivent lutter. Alors messieurs les bourgeois, ils vous retiennent un peu , une nuit, quelques heures et vous sentez déjà votre ordre s'écrouler. Mais votre classe , n'a aucun ressentiment à nous  retenir toute une vie jusqu' à 70 ans  ( l' espoir de Sarkosy)ou à nous « libérer du travail » quand les profits chutent.

Au moment ou nous terminons, cet article, des « coupures sauvages » d' électricité et de gaz ont lieu en France , notamment à Arras et Boulogne-sur-mer dans le nord, et dans d'autres départements.

Le 10 avril 2009

1-Selon les estimations de la Banque mondiale, il existe en 2007 plus de 3 000 ZES déjà créées ou en projet, et ce dans 120 pays.

2-Se souvenir le l' affaire  Lip , ou des travailleurs seront contraints au final de licencier leurs propres potes de combat, pour survivre et finalement périr.