9gjtavvfL’ORIGINE HISTORIQUE DE L’ENFERMEMENT

Le passage du nomadisme à l’état sédentaire agricole a entraîné la nécessité de l’appropriation de la terre, moyen de production des besoins de la vie auquel le travail donnait et accroissait une valeur spécifique. Cette appropriation nécessitait des protections d’où l’apparition concomitante de systèmes politiques en fixant les limites juridiques et les moyens matériels (murs et force armée).

« Comparativement à l’ancienne organisation de la gens (de la tribu ou du clan), l’Etat se distingue premièrement par la répartition des ressortissants d’après la division territoriale.

[...] Le second trait distinctif de l’Etat, c’est l’installation d’un pouvoir public qui ne coïncide plus directement avec la population, laquelle s’organise en force armée. Ce pouvoir public spécial est indispensable parce que l’organisation de la population en armes est devenue impossible depuis la scission de la société en classes. [...] Ce pouvoir public existe dans chaque Etat. Il ne comprend pas seulement les hommes en armes mais encore des accessoires matériels, prisons et institutions coercitives de toutes sortes qu’ignore la société de la gens (1). »

Ainsi, la propriété voit se développer des organes matériels pour faire face aux menaces contre toute dépossession, à la fois contre les ennemis extérieurs et contre ceux de l’intérieur qui transgresseraient l’ordre social établi autour de la propriété du sol et de ses produits ou se révolteraient contre lui.

La nécessité de ces protections concerne les individus, et leur regroupement dans des royaumes petits ou grands, dans des empires. Tous ces regroupements doivent se construire pour protéger un ordre intérieur et se protéger contre des menaces extérieures : une fois qu’ils sont constitués, leur activité essentielle est de définir un ordre et d’assurer leur pérennité.

PROTECTIONS MATÉRIELLES ILLUSOIRES

Quelques exemples historiques : les empires romains, chinois

L’histoire est jalonnée de ces vaines protections qui devaient arrêter le cours de l’évolution historique des sociétés et assurer la pérennité d’une domination supposée être à l’abri de constructions territoriales matérielles.

Les empires chinois et romains eurent à la fois des marches de royaumes plus ou moins vassaux qui formaient des Etats tampons contre les « barbares » et que l’on ramenait à la raison par la force si besoin était. Mais face à des situations aléatoires, les deux empires romains et chinois construisirent des murailles.

Les Romains bâtirent le limes (mot latin qui signifie chemin de patrouille à la frontière), système de fortifications marquant la frontière entre l’empire et le monde barbare (les peuples ne parlant ni grec, ni latin). Les limes sont plus ou moins élaborés. Le plus célèbre est le mur d’Hadrien, construit à partir de 122 au nord de l’Angleterre. Le plus grand était établi le long du Rhin et du Danube, par une succession de tours de guet, de castella (fortins), de places fortes reliées par un réseau très dense de voies.

En Chine, la construction de la Grande Muraille a commencé sous la dynastie Qin, de l’an 221 à 206 av. J.-C. Son but était d’abord d’empêcher les troupeaux des tribus voisines de se mélanger avec ceux de l’Empire chinois, et ainsi d’éviter les conflits plutôt que d’empêcher une armée de passer : la muraille est aisément franchissable en raison de sa faible hauteur. Elle a pris au xviiie siècle sa forme actuelle pour empêcher les armées turques et mongoles d’envahir la Chine.

Aucune de ces « protections » n’a vraiment protégé les empires en question, même s’ils ont plutôt implosé que succombé à des invasions de l’ennemi de l’extérieur. Pas plus que les « murs » récents n’ont pérennisé une situation politique. La raison en est simple : les sociétés évoluent, soumises comme tout être vivant à un environnement économique et social, des techniques nouvelles apparaissent. Non seulement les murs deviennent obsolètes mais l’affaiblissement et les transformations internes font qu’ils ne correspondent plus aux situations qui les avaient fait paraître indispensables.

Cliquer pour la suite

http://www.mondialisme.org/spip.php?article917