le feu de la guerreLa France et l' Angleterre restent les derniers pôles militaires de l' Union européenne, avec cette distinction que la France prétend avoir une certaine autonomie quant à l' utilisation de l' arme nucléaire. Depuis la fin des accords de Yalta1, c'est rapidement profilé un repositionnement des forces en présence pour ce que l' on pourrait appeler un réajustement du partage du monde. La bourgeoisie française qui n' avait pas été invité au partage de Yalta pouvait de nouveau participer au banquet impérialiste, et même prétendre devenir le fer de lance de l' armée européenne.

C 'est dans ce cadre et pour cette ambition que de nouveau la France se lance dans des guerres néo-coloniales d' un type nouveau, guerres dites humanitaires et anti-terroristes pour la défense de la sainte démocratie et du droit. En fait guerre pour la suprématie militaire sur l' UE, guerre pour le complexe militaro industriel européen , guerre pour les «marchands de canons», guerre pour les approvisionnements en matières premières.

La guerre contre Kadhafi est vite apparue comme un opéra bouffe ou le prix du billet pour monsieur le contribuable est de l' ordre de 50 millions d' euros2. Dans la réalité les clients de Sarkosy attendent tous un retour sur investissement de la guerre en Libye. Visiblement, la bourgeoisie du Cac 40 n' a pas apprécié que Kadhafi se tourne vers l' Allemagne pour la signature d' importants contrats. Ces derniers devaient revenir à ceux ayant réhabilité Kadhafi en le laissant planter sa tente bédouine à l' Élysée en décembre 2007. Se souvenir que Sarkosy avait passé un accord de coopération nucléaire le 25 juillet 2007 avec Kadhafi pour une centrale nucléaire de dessalement de l' eau de mer. Seulement, c’est la société allemande Siemens qui a joué le rôle majeur dans les énormes investissements du gigantesque projet «Great Man-Made River»: le plus grand projet d’irrigation au monde, un réseau de pipelines destiné à conduire l’eau depuis la nappe aquifère de la Nubie jusqu’au désert du Sahara. Plus de 1 300 puits, souvent à plus de 500 mètres de profondeur qui fourniront chaque jour 6,5 millions de mètres cubes d’eau à Tripoli, Benghazi, Syrte et d’autres villes. 25 milliards de dollars qui ont attiré quelques convoitises ! Mais encore, c’est le groupe allemand BASF qui est le principal producteur de pétrole en Libye avec un investissement de 2 milliards d’euros. C’est la société allemande DEA, filiale du géant de l’énergie RWE, qui a obtenu plus de 40 000 kilomètres carrés de gisements de pétrole et de gaz.

Profitant de sa puissance économique, l’Allemagne a noué des partenariats économiques privilégiés avec la Libye, l’Arabie saoudite et les pays du Golfe arabique. Elle n’a donc aucune envie d’abîmer son image dans le monde arabe. Ce sont ces intérêts économiques, qui poussent l' Allemagne (atlantiste de force) à prendre ses distances du bloc atlantique. Il ne faut donc pas s'étonner qu'au Conseil de sécurité le plus puissant pays de l' UE se soit abstenu au coté de la Chine, la Russie , l' Inde et le Brésil. le choix d'Angela Merkel et du tandem CDU/FDP3 vise sur le plan stratégique à considérer dorénavant ses intérêts avec les BRIC4 et de moins en moins avec les Etats-Unis. Angela Merkel dite «La chancelière de fer» s' est imposée tant au sommet de Bruxelles du 25 mars 2010 qu' à celui du 21 juillet 2011 sur le remboursement de la dette grecque5, il faut préciser que l' Allemagne est le plus gros contributeur au budget de l' UE (20%). Il apparaît de plus en plus que les intérêts de l' Euroland passent par Berlin6.

Alors que l' Allemagne tisse des liens de plus en plus étroit avec l' Eurasie , La France Sarkosiste dégaine de plus en plus la solution militaire. En effet, il n' y a pas que la Libye qui est dans les griffes des interventions françaises les pacificateurs sont en Afghanistan, Côte d' ivoire, Liban, Kosovo, Tchad et Somalie, tout cela cadré par le livre blanc sur la défense de 2008 qui prévoyait un «volume de forces terrestres projetables de 30 000 hommes déployables en six mois pour une durée d' un an». L' armée française a encore de la marge elle n' a déployé pour 2010 que 10185 soldats.

Plus le temps passe et plus l' opéra bouffe «Harmattan» tend à tourner en tragédie financière ( une de plus) «les munitions tirées par les avions de combat représenteraient une trentaine de millions d'euros, les missiles de croisière étant évalués à 1 million d'euros l'unité. Il faut ajouter les coûts de fonctionnement des appareils : l'heure de vol d'un Rafale est estimée à 13 000 euros et l'heure d'intervention du porte-avions Charles-de-Gaulle à 50 000 euros. Une dizaine de millions d'euros concerne enfin les primes versées aux militaires.» Le Monde FR 05 05 2011

Le Canard Enchainé du 1er juin 2011 révélait que les stocks de bombes françaises et britanniques étaient a sec7, et que la guerre allait se poursuivre grâce à la livraison gratis à Paris et Londres de «bombes intelligentes» par les états-unis. Selon le journal «Les Rafale,Mirage 2000 et Super-Etendard» ont fait des raids en utilisant des bombes d' exercice, sans charges explosives mais qui peuvent en dépassant la vitesse du son immobiliser un char.

Ces informations, sont à prendre avec beaucoup de réserve car elles laissent supposer que le déluge de bombes sur la Libye n' a pratiquement pas fait de victimes civiles.

En conclusion

Nous savons d' expérience que les capitalistes répondent toujours par la guerre civile ou nationale aux révoltes insurrectionnelles. Ce n' est plus certes la défense de la nation qui est utilisée depuis quelques années pour les descentes armées sur tel ou tel pays. Mais la sainte démocratie défendue par les saints Bernard du 21 siècle , les Kouchner et Bernard Henri Lévi BHL. L' oriflamme de l' humanitaire à la main, ils s'octroient un droit d' ingérence pour déstabiliser tel ou tel pays.8

Ces remises en cause de l' indépendance politique issue des luttes de libération nationale est une résultante des méthodes utilisées par le capitalisme impérialiste quand se profil à l' horizon un nouveau partage du monde qui s' annonce de moins en moins «pacifique». La guerre contre la Libye est révélatrice des tensions qui contraignent tel ou tel pays à prendre position et de fait à choisir son camp, tout cela dans un contexte ou la crise financière repointe son nez. L' UE est de plus en plus contrainte de faire le grand écart pour maintenir un semblant d' union afin de contrer les tendances centrifuges agissantes en son sein. L' Allemagne est de plus en plus imbriquée avec les BRIC et notamment la Chine. Ce faisant elle a les capacités de tirer l' UE dans son sens pour former le bloc maudit par le capital US «l' Eurasie». La guerre contre la Libye menée par le trio USA, France ,Grande Bretagne est déjà un fiasco, et les USA ragent contre les Européens qu'ils considèrent comme incapables de défendre le sud de la Méditerranée. Les Etats-Unis ont eux aussi d' autres chats à fouetter, la Chine est pour eux le plus grand danger potentiel, ils veulent faire pression sur elle, Taïwan, le Tibet mais semble ne plus avoir les moyens d'intervenir.

En réalité, l’affaire libyenne n’a pas commencé en février à Benghazi mais à Paris le 21 octobre 2010. Selon les révélations du journaliste italien Franco Bechis (Libero, 24 mars), c’est ce jour-là que les services secrets français ont préparé la révolte de Benghazi. Ils ont alors «retourné» (ou peut-être déjà avant) Nuri Mesmari, chef du protocole de Kadhafi, qui était quasiment son bras droit. Venu à Paris avec toute sa famille pour une opération chirurgicale, Mesmari n’y a rencontré aucun médecin, mais se serait par contre entretenu avec plusieurs fonctionnaires des services secrets français et de proches collaborateurs de Sarkozy, selon le bulletin Web Maghreb Confidential. Le 16 novembre, à l’hôtel Concorde Lafayette, il aurait préparé une imposante délégation qui allait se rendre deux jours plus tard à Benghazi. Officiellement, il s’agissait de responsables du ministère de l’Agriculture et de dirigeants des sociétés France Export Céréales, France Agrimer, Louis Dreyfus, Glencore, Cargill et Conagra. Mais, selon les services italiens, la délégation comportait aussi plusieurs militaires français camouflés en hommes d’affaires. À Benghazi, ils renontreront Abdallah Gehani, un colonel libyen que Mesmari a indiqué comme étant prêt à déserter.

À la mi-décembre, Kadhafi, méfiant, envoie un émissaire à Paris pour essayer de contacter Mesmari, mais la France l’arrête. D’autres Libyens se rendent visite à Paris le 23 décembre et ce sont eux qui vont diriger la révolte de Benghazi avec les milices du colonel Gehani. D’autant que Mesmari a fourni aux Français de nombreux secrets de la défense libyenne. Il n’y a pas que les Français…

Qui dirige à présent les opérations militaires du «Conseil national libyen» anti-Kadhafi ? Un homme tout juste arrivé des Etats-Unis le 14 mars, selon Al Jazeera. Décrit comme une des deux «stars» de l’insurrection libyenne par le quotidien britannique de droite Daily Mail, Khalifa Hifter est un ancien colonel de l’armée libyenne, passé aux Etats-Unis.

Il résulte de tout cela que les insurrections populaires du monde arabe ont vite été prises dans les filets de la contre révolution et se sont retrouvées prises dans une dichotomie (qui n' est pas nouvelle) ou la dictature de tyrans ou celle des démocratie occidentales. Le but étant toujours de placer la révolution dans l' arrière cour de la démocratie qu'il faut rendre plus participative, plus proche du peuple.Pendant ce temps l' exploitation, la précarité, la misère, la faim ne cessent eux de se démocratiser. Ce qui devient visible pour tous dans ce monde c' est que les explosions sociales se démultiplient et s' entrainent les unes aux autres devenant ainsi l' élément d' une pratique consciente, l' une faisant référence à l' autre et ainsi de suite. Ce mouvement social n' en est qu'à ses débuts, bien que pour nous sa détermination est celle de la classe prolétarienne cette force unifiée de fait ne se reconnaît pas encore comme l' avenir du monde. Elle veut pour le moment une purification

des gouvernements et Etats et n' envisage pas encore leur destruction. Cette situation ne restera pas statique et dans ses répétitions échouées le mouvement finira par avoir le dernier mot comme la mer de la falaise.

                                                                                                     G.Bad

Notes

1-La bourgeoisie française n’a jamais digéré que le partage du monde à Yalta se soit fait sans elle. C’est pourquoi, au travers de de Gaulle et Mitterrand, elle fera tout pour réviser Yalta et l’Alliance atlantique. Elle souhaite que cette «alliance» soit plus «cohérente» et qu’enfin l’Amérique reconnaisse le poids de la France en Europe, sa capacité et sa suprématie. Ce que l’Etat socialiste français revendique, ce n’est plus un directoire à trois (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis) que voulait de Gaulle, mais un directoire à deux (France, Etats-Unis).

2-chiffre qu'a livré Gérard Longuet, ministre de la défense, mardi 3 mai, devant la commission de la défense nationale, indiquent Les Echos.

3- Le FDP, Hans-Dietrich Genscher, ministre des Affaires étrangères de la RFA de 1974 à 1992, a toujours considéré l'alliance atlantique comme une situation imposée par les conséquences de la Seconde Guerre Mondiale et non pas comme une aspiration naturelle de la politique extérieure allemande. Actuellement, face à une France sans aucun projet européen (sauf à prendre la tête de l' armée européenne et diffuser le nucléaire) et à des Etats-Unis en pleine débandade, il n'est pas surprenant que ces tendances s'affichent plus clairement.

4-Il est très symbolique pour l'avenir de voir l'Allemagne et la Chine, ensemble, demander un arrêt de l'intervention militaire en Libye

5-Comme le souhaitaient plusieurs pays du nord de l’Europe  (Allemagne,  Pays-Bas et  Finlande), le secteur privé (banques, compagnies d'assurances et fonds de pension) sera associé “volontairement” au plan de sauvetage conclu à Bruxelles avec un montant de 135 milliards d’euros étalés sur une trentaine d’années. En clair, une partie de la dette grecque pourrait ainsi ne pas être remboursée – d’où la difficulté de ces dernières négociations – car on pourrait interpréter cette situation nouvelle à une faillite partielle de l’État grec. Les taux d’intérêt, jusqu’alors consentis à 4,5% l’an, baissent désormais à 3,5%.

6 -Le choix de la Pologne en la matière est exemplaire. La parenthèse des jumeaux américanistes Kaczinczy refermée, Varsovie se retrouve tout naturellement dans des logiques stratégiques européennes, comme d'ailleurs la plupart des nouveaux Etats membres.

7-Il y a même rupture des stocks de missiles après juste quelques jours d'attaque. Cette opération libyenne aura donné une illustration de la nature très « virtuelle » des puissances de feu britannique et française. Sources : Telegraph, 23/03/2011 ; Telegraph, 28/03/2011

8-On peut ainsi retrouver des parallèles avec la Serbie de Milosevic et l'opération du Kosovo. Cette fois-ci, le territoire de l'Est libyen, autour de Benghazi, serait une sorte de Kosovo avec du pétrole. D'ailleurs, on retrouve du côté des supporters de l'intervention militaire en Libye, Hillary Clinton, l'actuelle secrétaire d'Etat US et épouse de l'ancien Président Bill Clinton qui initia l'opération militaire de l'OTAN au Kosovo. Autre point commun, l'émergence confuse du gouvernement rebelle de Benghazi présente de nombreuses similitudes avec la soudaine apparition en 1999 de l'UCK (Armée de Libération du Kosovo) dans les médias au moment où devait se justifier l'intervention. Source : Asia Times, 31/03/2011

 voir aussi: 

Le prix d' une guerre