SEPA_RICHE_PAUVREAprès la réforme de la retraite Sécurité Sociale, il fallait s' attendre que le deuxième volet de la réforme des retraites touche les retraites complémentaires. C 'est fait, en cette fin d'année 2012 la presse et l' ensemble des médias préparent le terrain.

Après nous avoir dit qu'il fallait miser en bourse sur «l'or gris» c' est à dire les seniors, ils changent de cap pour nous parler de la dégradation des régimes complémentaires ARRCO et AGIRC dont l' équilibre serait menacé avant 2020.

 La ponction est inévitable disent-ils en cœur, les syndicats seront-ils aussi raisonnables que la dernière fois pour sauver le système ? se demande J.J. Marette directeur général de l' Arrco et l' Agirc. Quoi qu'il en soit, le patronat a déjà déployé sa palette de revendications afin que démocratiquement chacun puisse choisir à quelle sauce se faire manger.

 Messieurs les partenaires sociaux vous avez le choix entre un gel temporaire des pensions, une faible revalorisation du point au 1er avril 2013, une hausse de la cotisation (sauf patronale), une baisse du taux des retraites en réversion de 60 à 54%....

 Déjà une importante revendication du groupe «AXA assurance» vient de lui être attribuée, il s' agit de mettre en place au 1er avril 2013 l' application de la «contribution additionnelle de solidarité pour la dépendance», coût de l' opération 0,30% au démarrage sur les pensions de retraite. On comprend mieux pourquoi «l'or gris» va devenir un bon rapport sécurisé en Bourse. Le Boum du 3éme âge devient la poule aux œufs d'or des assurances, les placements dans les maisons de retraites, équipement médicaux... seront sécurisés par la ponction dépendance de 0,30%, tout en amenant des liquidités importantes auprès des investisseurs institutionnels.

Nous n' allons pas développer ici, sur les tour de passe passe des caisses de retraites et de ses gérants Arrco et Agirc, ni de la contribution AGFF qui n'a pas été versée aux gérants, bien que l' AGFF est toujours opérante.

Nous n' avons pas à nous laisser enfermer dans les raisonnements financiers et générationnel de tous les magnats de la finance qui ont sciemment endetté les peuples parce qu'ils n'ont à vendre que de l' endettement, que leur mode de vie est l' usure, qu'ils ne peuvent s'empêcher de résoudre l' endettement que par l' endettement et le rééchelonnement "ad vitam aeternam" du crédit.

 Ce système est moribond il faut l' abattre