ECHANGES ET MOUVEMENT, BP 241, 75866 PARIS CEDEX 18,France
Site Internet :http://www.mondialisme.org
Blog: Spartacus 1918
Février 2014


LUTTES DE CLASSE ET LUTTES POLITIQUES

Notamment depuis le sud-est asiatique jusqu’au Sénégal,  dans une large bande autour de l’Equateur¸ dans le Moyen-Orient jusqu’à l’Ukraine, monde est à feu et à sang. Cela concerne les pays en développement comme ceux restés dans une telle dépendance que l’on ne parle même pas de développement.
On rencontre aussi bien des affrontements armés dans une véritable guerre civile comme en Syrie ou autour du Soudan, ou en Centre-Afrique, qu’une guérilla récurrente comme en Afghanistan, en Irak, en Lybie ou au Liban, ou dans des manifestations imposantes avec occupation de lieux publics, un peu partout mais surtout présentement en Ukraine ou en Thaïlande, récurrentes mais toujours violemment réprimées.

Dans la grande majorité de ces conflits, il s’agit de luttes strictement politiques pour la conquête ou le partage du pouvoir, prenant des aspects ethniques et/ou religieux souvent sous-tendus par les rivalités entre grandes puissances ou l’influence d’une ex-puissance coloniale. Parfois, dans les pays où existe une classe ouvrière conséquente, comme en Tunisie, en Egypte ou récemment au Cambodge, la lutte ouvrière peut servir d’appoint à ces forces politiques — très temporairement –comme cela s’est vu souvent dans maintes « révolutions bourgeoises » dans le passé.

De toutes les façons, que la classe ouvrière soit intervenue ou qu’elle soit restée  en marge, une fois ce conflit politique « résolu » pour un temps, tout ce que les uns et les autres demandent aux travailleurs c’est de  reprendre le travail, de rentrer dans les rangs, et de travailler aux conditions imposées par le capital via le gouvernement en place, détenteur du pouvoir de répression sociale, dans un monde toujours fait de surexploitation et d’austérité pour  l’immense majorité de la population

Ces luttes politiques n’ont en fait rien à voir avec les luttes sociales, avec la lutte de classe, sauf à perpétuer sous une forme différente — certains appellent même ce changement de forme de « révolution » — la domination du capital.
La guerre sociale, la guerre de classe, c’est tout autre chose. Elle englobe tous les travailleurs qui luttent contre le quotidien de leur exploitation dans toutes ses formes, individuelles autant que collectives, avec les limites du rapport de forces du moment. Ces formes vont de la récupération individuelle de la marchandise-temps de travail et/ou du produit du travail, à la récupération collective de ce temps de travail dans la grève, de l’espace de travail par l’occupation de l’appareil de production dans les tentatives d’autogestion, de la marchandise vendue pour se faire du fric… Parfois cela va beaucoup plus loin par une généralisation de toutes ces luttes et alors, la lutte sociale, la lutte de classe devient ouvertement politique. Mais la lutte de classe concerne aussi tous les exclus, cette force de travail en réserve qui tente de s’approprier des miettes du festin capitaliste, qui récupère tout ce qui dans ce système est marchandise : les squats avec la propriété privée, les SDF avec l’espace public, les chômeurs qui peuvent tenter de rompre les encadrements stricts des « avantages sociaux », la récupération directe dans les temples de la distribution, etc.

Tout cela fait partie de la lutte de classe et dans le monde, les travailleurs et laissés-pour-compte sont de plus en plus nombreux (depuis 1990, selon les chiffres officiels, le nombre de ceux qui vendent leur force de travail a été multiplié par trois, et encore en ne prenant pas en compte le fait que la moitié de la population active mondiale travaille « au noir » ; cette croissance ne se reflète pas dans la part des salaires dans les revenus mondiaux : de 1970 à 2010, malgré l’accroissement du nombre d’actifs salariés, cette part est passée de 66 % à 60% de ces revenus, ce qui signifie une intensification des conditions d’exploitation du travail).
Cela veut dire que le prolétariat représente une force placée dans des conditions de base identiques (même s’il y a des différenciations énormes dans ces conditions réelles), et que le capital exige de lui toujours plus pour en concéder toujours moins.
C’est pour tout cela que nous consacrons ces pages, principalement à la lutte de classe, et non aux rivalités politiques bourgeoises de tel ou tel camp., à tenter d’analyser comment les luttes se déplacent et se développent face à la domination et à la répression. Nous pouvons espérer que ces luttes finiront par déplacer les frontières de classe au point de les effacer et de liquider, avec le système capitaliste, tous ceux qui en assurent le fonctionnement

L’IMAGINATON AU POUVOIR

BRESIL – 18/01/2014 – Comme ailleurs, la répression a bloqué l’extension des occupations d’espaces publics (voir précédents bulletins). Déjà, autour de Noël, le pillage des centres commerciaux jouxtant les banlieues avait entraîné une plus grande répression. Ce qui suit peut paraître une réplique organisée.en utilisant habilement les structures du système
Organisés sur le réseau Facebook, les Rolezinhos, ou rassemblements éclairs de protestation, peuvent regrouper jusqu’à 8 000 participants. On trouve ainsi 1 000 activistes au supermarché JK à Sao Paulo (contre les discriminations), 6 000 de nouveau à Sao Paulo pour occuper le Shopping Itaquera proche d’un faubourg pauvre. En général, les Brésiliens impliqués dans ces mouvements originaux se mobilisent contre le racisme, les inégalités sociales, etc. Ils sont imprévisibles et échappent à tout contrôle. Il est difficile de les contrer car aucun commerce ne peut empêcher les clients supposés d’entrer, et il est difficile aux flics d’intervenir. Bien sûr, de tels rassemblements dans les rayons des supermarchés et boutiques des centres commerciaux entraînent de fructueuses récupérations de marchandises.
Le mouvement a pris une telle ampleur que le gouvernement s’est réuni d’urgence. Peut-être, à l’imitation de ce qui est projeté en Espagne ou mis en œuvre en Egypte, pénalisera-il sévèrement  l’utilisation des réseaux sociaux pour convoquer de tels rassemblements festifs protestataires.

ARGENTINE
Ce qui s’est passé en Argentine le 10 décembre 2013 illustre parfaitement le fait que lorsque les forces du contrôle social (police et armée) sont dans l’impossibilité temporaire de remplir leur fonction, la marmite explose et les premiers actes sont la récupération et la réappropriation de la marchandise. C’est valable pour les catastrophes naturelles (ouragan Katrina, tremblement de terre, tsunami par exemple), ou avec les dysfonctionnements du capital (pannes géantes d’électricité, explosions atomiques ou autres).
Ce qui déclenche cette situation en Argentine, c’est la grève des flics pour les salaires, imprudemment annoncée à l’avance ; cette grève débute à Cordoba, la deuxième ville du pays, et s’étend dans 17 des 23 provinces; dès que la nouvelle de la grève a été connue, des gangs se sont constitués pour faire des raids sur les supermarchés. De véritables bandes ont déferlé alors, venues des bidonvilles, qui ont pris d’assaut tous les commerces sans distinction et parfois des habitations cossues. Pain béni en cette période d’inflation ; 1 900 magasins auraient été vidés de toutes marchandises, comme avec un aspirateur géant. Certains commerces ont tenté de se défendre avec les gardiens ou individuellement. Dans certaines provinces, à la dernière minute, on a envoyé les gendarmes ou on a doublé le salaire des flics. Ce qui fait que les retardataires se sont trouvés coincés ou que des tentatives de récupération ont tourné court parce que tout était bien gardé. En une semaine, on a compté 12 morts et des centaines de blessés (certains dans le bris des vitrines).
Si ce mouvement s’est terminé souvent dans la douleur parce que les flics , ayant obtenu une rallonge de 50%, ont repris leur travail de répression, cette concession était plus que nécessaire en face de ce qui se profile dans la montée d’un puissant mouvement social.
Le pays se trouve pris dans une tourmente économique qui est chaque jour plus aigüe L’inflation dépasse 30%, les produits de base ont disparu des supermarchés, les commerçants n’affichent plus les prix   qui s’envolent au jour le jour. Le billet de métro est passé de 2,50 pesos à 6 pesos, des coupures d’électricité peuvent durer plusieurs semaines, la monnaie nationale, le peso, est abandonnée pour un marché noir du dollar. De nouveau comme en décembre 2001 des concerts de casseroles (cacerolazos) sont réapparus contre les coupures d’électricité. Est-ce le début d’un mouvement global de protestation ?

COREE DU SUD
– *La baisse des taux d’intérêt et la relance de la consommation ont entraîné la délivrance de cartes de crédit et ont causé un bond de 184 % de l’endettement de 20 % de la population. 300 000 foyers ont dû avoir recours à un fonds spécial « Happiness fund » (sic) pour les aider à gérer leurs dettes. Parallèlement, la multiplication de ce crédit facile et peu encadré a favorisé une énorme  fraude sur les cartes de crédit, ce qui a provoqué une panique pour les titulaires de compte devant par milliers entamer des démarches pour récupérer leurs avoirs; les queues devant les guichets des banques ont parfois tourné à l’émeute
*«  Comment allez-vous ces jours-ci ? » : cette simple question, lancée par un étudiant en économie sur les murs de l’université et sur Facebook, en tête d’un texte dénonçant la corruption et l’austérité, est devenue à l’insu de son auteur le ralliement de toutes les oppositions, notamment dans les milieux de l’éducation, au point que le ministre concerné en a fait interdire l’affichage et la mention dans les établissements scolaires. Il s’y est souvent ajouté la phrase suivante : « N’avez-vous pas de problèmes à ignorer les questions politiques ? » Le1er janvier, un homme s’est immolé par le feu pour demander la démission de la présidente Park avec un panneau où l’on pouvait lire : « Comment allez-vous ces jours-ci ? »

MEXIQUE
             – La méthode expéditive. Depuis le 28 août dernier, plusieurs chauffeurs de bus de Ciudad Juarez ont été exécutés de sang-froid par une femme qui semorris

revendique « Diana, la chasseresse des chauffeurs de bus ». Dans un message, elle se veut vengeresse des assauts sexuels sur les femmes qui rentrent tard de leur exploitation dans les usines de la Maquiladora. La ville a longtemps détenu le record des meurtres et des viols de femmes, ouvrières pour la plupart (au minimum 800 dans les vingt dernières années). Depuis, des chauffeurs de bus abandonnent leur emploi.
LA GREVE ET RIEN D’AUTRE

INDE – Quelques grèves locales parmi bien d’autres, rien qu’en janvier 2014 :
*Maharastra : les enseignants manifestent pour les salaires et l’intégration de temporaires. Une grève pour les mêmes revendications en mars 2013 a duré quarante-deux jours ;
*Tamil Nadu : 800 travailleurs des transports publics manifestent pour le paiement de primes ;
*Kerala : les travailleurs d’une carrière de granit occupent le site pour obtenir l’arrestation du propriétaire qui a tiré au fusil sur 2 syndicalistes, ils demandent l’application du minimum légal des salaires.

ILES FIDJI –* 400 travailleurs du Sheraton Hotel et d’autres établissements hôteliers se mettent en grève le 31 décembre contre des suppressions de postes. Les directions cèdent après quatre heures, avec promesse de discussion.

CANADA – *5/01/2014 – Les 160 travailleurs de la firme Horizon Plastics International à Cobourg dans l’Ontario n’ont pas besoin de se mettre en grève suite à leur refus des propositions patronales concernant le renouvellement du contrat collectif qui impose notamment l’emploi de temporaires et le blocage des salaires : le patron décide d’un lock-out, une fermeture temporaire.

ETATS-UNIS – *Le plus grand fabricant de conteneurs des USA, Silgan Containers Corporation, possède 3 usines à Modesto en Californie mais chacune sous des statuts différents, et avec des contrats de travail distincts. Dans l’une d’elles, le renouvellement du contrat collectif permet au patron de tenter d’imposer le blocage des salaires sur deux ans. Le refus des 100 travailleurs de se plier à ces conditions entraîne le lock-out patronal.
*9/10/2013 –Les chauffeurs de bus scolaires de la ville de Boston ( une compagnie privée filiale de Veolia) avaient récemment accepté un nouveau contrat collectif . Mais , pour compenser les concessions sur ce contrat, Veolia a  tant modifié les conditions de travail  ( limitation des pauses, , introduction de GPS d’espionnage ,etc..) que des réclamations ont été introduites, en vain, devant le National Labor Relations Board. De guerre lasse les chauffeurs ont décidé le matin  du 8  octobre « qu’assez était assez » et ont entamé sur le champ une grève sauvage, laissant les 38 000 enfants de la ville bloqués à la maison. Le mouvement a été désavoué non seulement par les autorités de la ville mais aussi par le syndicat (United Steelworkers) qui a ordonné la reprise du travail immédiate. Quand un des dirigeants du syndicat tenta de haranguer en ce sens un groupe de 100 chauffeurs dans un dépôt, il fut si hué qu’il dut abandonner. Sur l’annonce de pourparlers et l’abandon de toute sanction, la reprise fut totale le jeudi 10 octobre.. Mais , la grève finie et   la rapport de forces  rentré dans la « normale », les promesses patronales s’envolent: début novembre 5 chauffeurs étaient suspendus en attente de procédure interne et deux déjà licenciés pour leur participation active à la grève.

EUROPE –* Décembre 2013 – Un peu partout où Amazon est implanté, des documents révèlent les conditions de travail où se combinent les techniques les plus modernes et des conditions d’exploitation du début du capitalisme. Comme il est imposé à ces esclaves modernes de garder le silence sur ce qu’ils subissent au travail sous peine de renvoi immédiat (délation encouragée), le seul moyen d’en savoir plus est de se faire embaucher, ce qui est facile vu le turnover et l’emploi de temporaires saisonniers. Ce que des journalistes ont fait tant en France qu’en Allemagne ; dans l’ouvrage En Amazonie : infiltré dans « le meilleur des mondes » est décrit ce que l’auteur J.B Malet  a vécu pendant une année avec les 1 200 exploités du centre de Montélimar. En Allemagne, le syndicat des services Verdi a cru pouvoir lancer le 16 décembre des grèves dans les 3 centres allemands d’Amazon, deux semaines avant Noël, pour plus d’efficacité. Les débrayages ont été limités et séparément dans les 3 sites de Bavière, Hesse et Saxe, bien que sur 2 sites la grève ait duré une semaine. Les revendications portent sur les salaires (actuellement de 9,55 euros l’heure) et sur moins de précarité. Le problème est qu’à côté des 9 000 travailleurs permanents, sont exploités 14 000 saisonniers (avec une majorité d’immigrés).
Cette situation explique le succès très limité de la grève (1 155 permanents grévistes sur 9 000). On peut rapprocher ces difficultés de lutter à d’autres secteurs, où l’on retrouve une majorité de précaires et un important turnover comme par exemple dans la restauration rapide (voir précédents bulletins sur des tentatives de luttes dans ce secteur aux USA, ou il y a des années en France).

HAÏTI –* Depuis décembre 2013, constantes manifestations pour des augmentations de salaires.

COREE DU SUD – *Le gouvernement ayant exprimé son intention de privatiser la seule ligne TGV du pays, le syndicat majoritaire Kctu considérant que c’est l’amorce d’une privatisation entraînant un durcissement des conditions de travail lance la grève illimitée de tout le réseau ferré Korail (Korean Rail), le 9 décembre 2013.
Le 22 décembre, 4 000 flics sont lancés contre le siège central du Kctu défendu par 800 cheminots : 130 arrestations. Le 28 décembre, le Kctu lance une grève générale d’une journée pour dénoncer la répression syndicale et le droit à la grève pour les cheminots, la leur ayant été déclarée illégale. Mais, même si elle réunit plusieurs dizaines de manifestants à Séoul et dans les grandes villes du pays, elle n’est pas un succès et cela accentue la démobilisation de la grève de Korail.
Fin décembre, après trois semaines de grève, 8 000 cheminots sur 35 000 sont encore en grève et 1 110 grévistes « d’origine » ont repris le travail, 7 900 ont été suspendus, des menaces de licenciements pèsent sur 186 d’entre eux, 25 font l’objet de poursuites judiciaires. Seuls 2 ont été arrêtés, les autres ont plongé dans la clandestinité.
Ce qui fait que le 30 décembre, le Kctu décide la fin de la grève, une fin peu honorable car basée uniquement sur la promesse de la constitution d’une commission parlementaire , soi-disant contre toute privatisation,  incluant les partis d’opposition mais pas les syndicats. Cela sonne pourtant comme une défaite car les poursuites judiciaires sont maintenues, des sanctions menacent 490 cheminots et de juteuses compensations financières sont demandées au Kctu par Korail sous le prétexte que la grève était illégale car politique, ne concernant pas les conditions de travail.

FRANCE – *1/01/2014 – Début de la grève totale et illimitée des marins de la SNCM, une des compagnies assurant le trafic entre le continent et la Corse. Une des raisons de la grève réside dans les difficultés financières de la compagnie, soumise à la concurrence déloyale de l’autre compagnie assurant les mêmes liaisons — Corsica ferries, battant pavillon italien et pouvant recruter des marins étrangers  sous-payés.
La grève très suivie bloque une partie du trafic voyageurs et surtout le trafic Fret qui ne peut trouver place dans les navires de Corsica, qui de plus sert d’abord ses clients réguliers. D’où une grève des routiers de Corse qui bloquent les ports et interdisent tout trafic de camions avec le continent. La grève se termine par l’acceptation d’une suppression de 500 postes par départs volontaires, la commande de 2 navires supplémentaires et une participation de l’Etat. Aussi, promesse est faite de contraindre les compagnies Corse-Continent à se mettre sous pavillon français et d’avoir un équipage soumis aux lois du travail françaises.
Bien qu’on n’en parle guère (consigne du silence sur le climat social), rien qu’en décembre 2013 et janvier 2014, de multiples grèves localisées, notamment lors de la fermeture d’usines (et on en oublie ou elles ne sont pas médiatisées)
*17/12/2013 – Journal gratuit 20 minutes – Grève contre la suppression de 13 postes sur 213 journalistes.
*22/12/2013 – Grève des sages-femmes depuis deux mois mais elles sont assignées pour assurer la continuité des soins. La grève ne se traduit que par des refus de la paperasserie administrative et des manifs.
*1/01/2014 – Grève de la SNCM (voir article).
*5/01/2014 – Aéroport de Roissy – Menacés par un plan de licenciement, les employés au sol de Lufthansa France débraient du 3 au 6 janvier contre la suppression de 199 postes sur 262. Nouvelle grève envisagée.
1*4/01/2014 – Grève nationale d’une journée sur les différents sites de Sanofi sur appel syndical pour les salaires, la transformation des CDD en CDI.
*15/01/2104 – Grève des pompiers de Saône-et-Loire sur les horaires de travail et les conditions de logement.
*17/01/2014 – République du Centre : grève avec occupation contre la suppression de 60 postes sur 250 et pour l’augmentation des indemnités de départ. Le 2 janvier, séquestration de 2 dirigeants pendant vingt-quatre heures.
*22/01/2014 – Grève de 320 journalistes du Parisien contre la réduction du remboursement des frais.
*23/01/2014 – Montauban :  grève de Sedimap et de sa filiale Teamtec (géolocalisation) de 25 travailleurs contre la menace de liquidation de l’entreprise et une reprise avec licenciements. Le même jour, débrayage pour les salaires impayés à Sanimat Santé. Agitation également dans le secteur hospitalier de la ville.

GRANDE BRETAGNE—*4/2/2014—grève de 48 h deu réseau du métro londonien, lancée , après vote majoritaire, par le syndicat Rail Maritime Transport Union (RMT) très suivie, entraînant  un chaos total. Ceci malgré  le syndicat des conducteurs ASLEF qui a autorisé ses membres traverser les piquets de grève et la tentative d’embaucher des jaunes pour briser la grève. Le mouvement veut s’opposer à la suppression de 1 000 postes et la fermeture de 350 points de vente de billets.

ARGENTINE – *7/01/2014 – Neuquen – Les infirmières des hôpitaux locaux en grève depuis le 26/12, bien que sous contrainte de la réquisition, n’en font qu’un minimum, manifestent et bloquent les routes, pour une augmentation des salaires comprise entre 30 et 40 %. Les directions tentent de briser la grève avec l’emploi de retraités et de jeunes recrues. Réplique : menace de 500 d’entre elles de démissionner si les revendications ne sont pas satisfaites.

ITALIE – *29/01/2014 -– Usines Electrolux , firme suédoise des appareils électriques: grève contre une tentative de baisse des salaires de 130 euros ( 8%) pour les 5 700 ouvriers de ses quatre usines d’Italie.qui gagnent en moyenne 1 400 euros mensuels Mais en fait la baisse des salaires serait plus importante ( près de 40%) car les horaires des équipes serait modifiés et la prime d’ancienneté supprimée., ce qui aboutirait à des salaires moyens entre 7 et 800 euros mensuels Le but serait  d’aligner les coûts de production sur ceux des travailleurs polonais de la firme. Dans le passé, Electrolux a déjà fermé des usines en Allemagne et en France pour les mêmes raisons. Grèves et manifestations n’ont, jusqu’à présent pas changé grand-chose.. L’Italie a pourtant  en Europe occidentale les salaries horaires les plus bas.

VENEZUELA  - 7/10/2013 –Ciudad Guayana. Orinico Steelworks (SIDOR), la plus grande aciérie du pays, entreprise d’Etat  Inflation, manque de produits de première nécessité et la disparition de Chavez ont fait que les 14 000 travailleurs n’ont plus de complexes pour entrer en lutte.  La grève commence à la mi-septembre par des protestations de la base qui débraient alors que des négociations traînent pour le remplacement du contrat collectif expiré depuis trois ans et qu’il semble que les primes annuelles ont été minimisées. Une partie des syndicats soutient la grève mais une autre fraction syndicale prenant position pour le gouvernement et les dirigeants de l’usine .tente de persuader les ouvriers de reprendre le travail. Pour le moment, il ne s’agit que de joutes oratoires lors de meetings distincts mais comme le déclare un travailleur  « On ne comprend rien à tout ça » d’autant plus que tout le monde se réclame de Chavez. Son héritier au pouvoir Maduro accuse des ingérences étrangères , déclare la grève illégale  et somme les grévistes de reprendre le travail immédiatement sous la menace de mesures énergiques. La grève cesse le 2 octobre avec un accord entre la direction et un des syndicats sur la montant des primes considérées. Mais il faut croire que cet accord n’a pas doné satisfaction car une nouvelle grève de 48 h éclate les 8 et 9 novembre 2013 avec les mêmes revendications.


MANIFESTATIONS, OCCUPATIONS TOURNANT A L’EMEUTE


AFRIQUE DU SUD – *13/01/2014 – Une manifestation des habitants de Brits, dans la banlieue de Pretoria, privés d’eau depuis plusieurs mois, tourne à l’aigre et est attaquée par les flics : 2 morts par balles, 2 autres morts jetés d’une voiture de police.
*28/01/2014 – Relela près de Tzaneen (Limpopo) : la découverte des cadavres d’une femme et d’un enfant déclenche une chasse aux suspects : relâchés par la police, leurs habitations sont incendiées. 1 500 manifestants attaquent le commissariat avec des pierres et des cocktails Molotov : 15 flics blessés, 19 voitures incendiées. Les flics tirent, 3 tués, 9 arrestations.

TUNISIE – *14/4/2014 – L’instauration d’une taxe sur les transports privés et professionnels dans la région déclenche blocages routiers et manifs à Feriana, dans la région de Kasserine. Des centaines de manifestants attaquent les perceptions, les commissariats, les banques et les bâtiments municipaux, et les incendient. Des mouvements semblables à Thala et Meknassy (région de Sidi Bouzid). Le 18 janvier à Ksar (Gafza), des chômeurs bloquent la voie ferrée servant à l’acheminement des phosphates, pour avoir un emploi.

TURQUIE – *27/12/2013 – Enlisé dans des scandales à répétition et l’importance de la corruption, le gouvernement proche des Frères musulmans doit faire face à une contestation d’autant plus importante que la crise frappe de plein fouet les conditions de vie ; les manifestations récurrentes sont durement réprimées : des blessés et 31 arrestations.

VIETNAM – *9/01/2014 – Une explosion de violence qui illustre les tensions sociales. Personne ne peut expliquer correctement cette explosion soudaine sur un site de construction sauf qu’elle se produit sans aucun doute dans le cadre d’une violence de classe latente. Le Vietnam est le lieu privilégié de délocalisations depuis la Chine des firmes de l’électronique (Samsung, Intel, Nokia, entre autres). Sur le chantier de construction d’une usine géante pour Samsung, dans la province de Thai Nguyen, un de ces travailleurs anonymes veut entrer par une porte interdite : il est pris à partie par un garde et roué de coups. Aussitôt, tous les travailleurs qui ont eu à subir de telles exactions se solidarisent, attaquent les gardes avec des briques et des pierres abondantes sur ce chantier, incendient leurs motos, détruisent le matériel et leurs logements provisoires. La chasse aux gardes dure plusieurs heures puis s’arrête. On ne sait rien de la répression.

ALGERIE – *28/12/2013 – Émeutes récurrentes dans tous les quartiers d’Alger et ailleurs en Algérie ; dans le quartier d’el Hamiz, barrages routiers contre une attribution préférentielle de logements sociaux. A El Hamir, contre l’état déplorable du réseau routier, à Cheraraba, Ain el Malha, des affrontements témoignent d’une tension constante, à Baraki dans 2 bidonvilles ces affrontements durent cinq jours, à Douera : barrages routiers.

CHINE – *Entre le 1/12/13 et le 7/01/2014, la Chine a connu 72 grèves pour des salaires impayés, notamment dans le bâtiment, chez les sous-traitants. Ces confits sont encore plus fréquents à l’approche du Nouvel an chinois le 31 janvier, le retour au pays en cette occasion devant se faire avec de quoi payer festivités et cadeaux.
*23/12/2013 – À Wenzhou, les travailleurs d’une usine de chaussures en faillite manifestent dans la ville pour le paiement des salaires.
*2/01/2014 – Zhengzhou, des centaines de migrants se mettent à genoux pendant des heures sur le site de construction pour le paiement de mois de salaires.
*3/01/2014 – Lanzhou. 6 travailleurs montent sur le toit d’un bâtiment de 9 étages et menacent de sauter dans le vide si les 32 000 euros qui leur sont dus ne sont pas payés immédiatement.

CAMBODGE –* Depuis plusieurs mois, les ouvriers du textile (650 000 dont 400 000 œuvrant pour des multinationales) manifestent ou font grève pour obtenir une revalorisation des salaires (actuellement de 64 euros mensuels avec une promesse de 76 euros en avril 2014). Les syndicats, devant la montée des arrêts de travail, se trouvent contraints de lancer une grève générale le 24 décembre 2013. Cette agitation est en partie exploitée par le parti d’opposition, le Parti national du secours cambodgien. Le 2/01/2014, le gouvernement offre 80 euros immédiatement si le travail reprend. Mais manifestations et grèves continuent. Le 2 janvier, les flics virent les ouvriers d’une usine occupée dans la banlieue de la capitale.
*Le 3/01/2014, la police tire à balles réelles sur une manifestation des travailleurs du textile à Phnom Penh, armés de pierres et de cocktails Molotov : 5 morts et au moins 12 blessés sérieux, 23 arrestations. Le 4 janvier, les flics virent les manifestants de la place de la Liberté à Phnom Penh et quadrillent toutes les rues de la ville avec blindés et mitrailleuses. Les manifestations sont interdites et les activistes syndicaux doivent entrer dans la clandestinité pour échapper aux arrestations. 23 de ceux-ci arrêtés sont tenus au secret. Le 8 janvier, après quinze jours de grève, le syndicat ordonne la reprise du travail. Le 15 janvier, les travailleurs des 500 usines de confection commencent à reprendre le travail mais beaucoup d’entre eux sont retournés dans leurs villages. La grève ne cesse pas pour autant : le même jour, 2 usines distinctes sont occupées pour le paiement des salaires et des jours de grève.
De toute évidence, le gouvernement entend maintenir de bas coût de la force de travail pour rester un des lieux privilégiés de la délocalisation de Chine. Le réservoir de main d’œuvre est effectivement attrayant : 80 % de la population vit dans les campagnes d’une agriculture de subsistance, avec un taux de pauvreté dépassant 32 %. La plus grosse partie des entreprises délocalisées étant aux mains de firmes coréennes, et la Corée du Sud envisageant d’en faire un lieu de délocalisation pour l’électronique, le gouvernement coréen a observé  les grèves avec une attention particulière. L’ambassade de Corée a encouragé le gouvernement à « comprendre la situation et à agir rapidement ». On aurait même identifié des agents de sécurité coréens (peut-être des militaires) dans les patrouilles qui « assuraient la sécurité » dans la zone industrielle de Canadia Industrial Park.
De leur côté, les employeurs ont félicité le gouvernement en ces termes : « Nous sommes convaincus que si les travailleurs voient que le gouvernement maintient la loi et l’ordre, ils reprendront le travail dans quelques jours », ce que confirme le gouvernement en maintenant l’interdiction de manifester jusqu’à ce que « la sécurité et l’ordre public soient rétablis ».

ITALIE – *31/12/2013 – D’après l’Institut de statistique, la pauvreté en Italie a atteint son plus haut niveau depuis seize années. Le revenu mensuel moyen de 991 euros a diminué de 6 % dans le nord et de 26 % dans le sud ; le taux de chômage de 12,5 % atteint 41 % chez les jeunes.

BANGLADESH – *Décembre 2013-Janvier 2014 – Dans les précédents bulletins, nous avons déjà évoqué le mélange de 2 luttes parallèles : l’une politique avec des affrontements violents entre les 2 principaux partis, la ligue Awami proche de l’hindouisme et le Bangladesh national party (BNP) d’obédience musulmane, l’autre comme un conflit social permanent des travailleurs surexploités, notamment dans l’industrie textile.
Les dernières élections, le 5 janvier dernier, ont ramené au pouvoir la ligue Awami mais après une longue campagne électorale marquée par une répression politique accrue (notamment, la pendaison d’un chef musulman jugé responsable des atrocités commises dans la guerre d’indépendance de 1973 – entre 500 000 et 3 millions de tués), et une violence inégalée, non seulement dans des journées de grèves nationales politiques (les « hartals » qui, en 2013, ont laissé 300 morts) mais aussi dans l’incendie des bureaux de vote (100 écoles ont été incendiées).. (507 bureaux de vote  n’ont pu fonctionner et seulement 25% des inscrits ont participé au vote). De toute façon, les deux partis représentent seulement deux fractions distinctes de la bourgeoisie et sont également hostiles à un mouvement syndical indépendant de la classe ouvrière ou des masses paysannes; alors qu’ils sont au pouvoir, les uns et les autres n’ont jamais hésité à utiliser la police et l’armée et à faire tirer sur toute manifestation sociale d’une révolte contre  une condition misérable.
Parallèlement, les grèves dans le secteur textile succèdent aux grèves et on ne peut que citer les plus récentes :
*11 novembre, des milliers de personnes manifestent dans la banlieue de Dhaka et les patrons ferment 100 usines du secteur par crainte de contagion. La répression laisse 30 blessés ;
*14 novembre, un accord conclu avec le patronat porte les salaires dans le secteur de 32 euros mensuels à 54 euros ; c’est largement insuffisant et de nouvelles grèves éclatent aussitôt ;
*26 novembre, l’usine de Multifibers Ltd à Gazipur (banlieue de Dhaka) est en grève pour demander la parité avec les autres usines du groupe, d’autres usines des environs débraient aussi ;
*1er janvier 2014, toujours à Gazipur, l’usine de Quater Synthetics est en grève à cause d’une promesse antérieure d’augmentation de 11 euros mensuels) par mois non tenue (les salaires sont compris entre 36 et 38 euros) ;
*9 janvier 2014, dans la zone d’exportation coréenne du port le plus important pour les exportations, Chittagong, 5 000 travailleurs d’une usine de chaussures débraient après des rumeurs sur la suppression de pourtant médiocres avantages sociaux (les salaires sont en moyenne de 40 euros mensuels). L’usine occupée est saccagée. Par crainte de voir le port bloqué, la répression monte d’un degré, la police tire à balles réelles : une femme tuée, 15 blessés sérieux.
Il faut croire que, malgré grèves et insécurité, les profits en valent la peine car, malgré ce sombre tableau, les exportations dans le secteur textile se sont accrues de 21 % en 2013sur 2012  et en novembre 2013, elles ont bondi de 29 %.

ETATS-UNIS – *23/01/2014 – La Silicon Valley en Californie n’est plus un eldorado. Spéculation immobilière et dégradation des services publics à cause de la crise font que nombre d’habitants de San Francisco sont tributaires des transports publics déficients et qu’ils mettent les pieds dans le plat : sur le terrain, blocages routiers, vandalisations des bus. De plus, la crise dans les autres régions fait de la Silicon Valley une sorte de « miroir aux alouettes » qui attire des nouveaux migrants, ce qui aggrave les conditions de vie dans toute la région.
IMMIGRATION


ISRAËL –* Le débat politique masque la situation économique réelle. Sur 8 millions d’habitants, 1,7 million sont sous le seuil de pauvreté (640 euros par personne, 1 000 euros pour un couple), 33 % sont des enfants ; le taux est passé de 20 % à 23 % en 2013. Un paradoxe : parmi ces pauvres, 200 000 survivants de la Shoah qui, dans les camps, rêvaient de la Terre promise.
Enorme disparité entre riches et pauvres : 20 familles dominent toute l’économie du pays et contrôlent avec la moitié du stock d’actions 25 % des grandes entreprises. Autre paradoxe, les Israéliens qui le peuvent émigrent aux USA et même en Allemagne. Mais l’économie tourne avec une sous-classe formée non seulement des immigrés mais aussi des juifs émigrés d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Ces derniers, les « mizrahim », sont payés 40 % de moins que les autres juifs, au même niveau que les immigrants légaux non juifs (sous statut précaire de trois mois renouvelables si bien dociles), Philippins dans la santé, Chinois dans le bâtiment…
Mais, encore plus inférieurs dans la hiérarchie économique, les immigrés clandestins originaires des pays chrétiens d’Afrique (Ethiopie, Sud-Soudan) qui, par dizaines de milliers, rançonnés par les tribus bédouines, ont traversé le désert du Sinaï pour s’entasser dans les taudis des faubourgs de Tel Aviv, victimes de fréquentes attaques racistes et exploités dans les conditions que l’on peut imaginer dans la restauration, les hôtels, le nettoyage et tous les autres services à la personne, et bien Israël voudrait se débarrasser d’eux.
Le gouvernement a édifié une barrière électronique de sécurité de 240 kilomètres qui interdit pratiquement tout passage. Parallèlement, le Parlement a voté le 10 décembre une loi autorisant la détention illimitée des immigrants sans visa. Ceux qui sont pris au piège — 60 000, certains depuis 2006 —, rejetés d’un droit d’asile hypothétique et considérés comme illégaux, sont pourchassés et internés dans des centres de rétention où ils risquent de rester longtemps car inexpulsables, faute d’accord avec leur pays d’origine.
Leur révolte a commencé, très limitée, pour devenir un puissant mouvement : 200 immigrés clandestins manifestent le 16 décembre, ils sont des milliers le 28 décembre et des dizaines de milliers le 5 janvier Le 6 janvier, ils sont devant les ambassades des pays européens et des USA. Le 8 janvier, ils sont 10 000 devant le Parlement à Jérusalem. Ils se mettent en grève illimitée, la suspende le 13 janvier mais sa reprise peut intervenir d’un moment à l’autre.
Réponse de Netanyahou : « Les protestations et la grève n’y changeront rien, ce ne sont pas des réfugiés mais des travailleurs immigrés illégaux qui seront traduits en justice. » Il ajoute que leur présence est une menace à l’identité juive. Des contre-manifestations et des agressions de la part d’Israéliens hostiles aux immigrés prennent un caractère nettement raciste.

NEPAL – *15/12/2013 – 2,5 millions de Népalais travaillent dans les pays du Golfe et en Malaisie sous contrat temporaire. 400 000 partiraient ainsi chaque années se faire exploiter dans les pires conditions mais reviennent au bout de deux ou trois ans avec un pécule, sauf ceux qui ont laissé leur peau en cours de route : chaque jour, l’aéroport de Katmandou accueille deux cercueils de ceux que la famille peut « rapatrier », les pieds devant.

HONG-KONG – *19/01/2014 – Ils sont 300 000 dont 15 000 Indonésiens à être exploités dans la domesticité. Une indonésienne de 23 ans malmenée et violée par ses patrons est « la goutte » qui fait déborder le vase : ils sont 5 000 de ces « domestiques » à manifester et promettent de recommencer aussitôt que possible.

PALESTINE – Dans l’environnement d’Israël vivent 5 millions de Palestiniens expulsés de l’Etat d’Israël en 1948-49 (et leurs descendants), parqués depuis soixante ans dans des camps de Gaza, Cisjordanie, Jordanie, Syrie et Liban, sous perfusion de l’ONU, les services essentiels étant assurés par 4 500 employés de l’Unrwa (The United Nations Relief and Works Agency). Cet organisme, subventionné par l’ONU et des dons divers des Etats, à cause de la crise, a vu ses crédits de fonctionnement diminuer alors que le nombre des réfugiés et de leurs descendants augmentait. En Cisjordanie, où s’entassent dans 19 camps 740 000 Palestiniens, ces employés sont aussi des Palestiniens. Récemment, pour combler le déficit, 55 employés ont été licenciés. D’autres employés se sont mis en grève le 3 décembre, revendiquant une augmentation de 10 %, l’alignement de leurs conditions de travail sur les employés des camps de Gaza et la réintégration des 55 licenciés. Cette grève perturbe sérieusement la vie des camps car il n’y a plus les services essentiels, ceux procédant à la distribution de la nourriture et à l’approvisionnement en eaux, les écoles, les services hospitaliers, le ramassage des ordures, etc. Par exemple, dans un des principaux camps proches de Ramallah, Jalazoum, 15 000 « résidents », il n’y a plus d’école, de clinique, les ordures s’empilent dans les rues et une tempête de neige n’arrange rien. Une agitation sauvage monte dans les camps dont sortent les « résidents », jeunes pour la plupart, qui bloquent les routes proches.
La réponse des autorités de l’Unrwa est qu’il n’y a pas d’argent (le déficit de gestion est de 52 millions d’euros) et elles campent sur leur refus, espérant que le mouvement finira par pourrir. Au-delà de ce problème interne, il y a une pression des autorités palestiniennes qui pensent qu’une augmentation de salaire dans ce secteur peut faire exploser une demande de l’ensemble des salariés de Cisjordanie : déjà, les salaires de ces Palestiniens en grève sont supérieurs de 20 % aux salaires versés dans le reste du pays. Le 6 janvier, alors que la grève se prolonge, une rencontre entre les dirigeants de l’Unrwa, le syndicat et le gouvernement palestinien n’a rien donné. Un jour de grève de solidarité organisé à Gaza par les 13 000 salariés de l’Unrwa de ce territoire non plus. Mais un autre problème se pose, venant des « résidents » eux-mêmes : privés de tous les services publics essentiels, manquant de nourriture et d’eau, croulant sous les ordures, une autre révolte est née, venant essentiellement de la part des jeunes. Ceux-ci sont sortis des camps le 9 janvier pour bloquer les routes avoisinantes, se battant avec les flics  palestiniens venus le 12 janvier les déloger : 40 flics blessés et seulement 10 du côté des résistants. C’est alors que l’armée israélienne est intervenue près du camp de Jalazoum, tirant à balles réelles et faisant 4 blessés (en décembre, un jeune avait été tué dans les voisinage du camp).
D’un autre côté, le désespoir conduit 23 des grévistes à mener une grève de la faim ; 3 d’entre eux ont dû être hospitalisés après six jours. Le 15 janvier, après quarante jours de grève, aucun signe de changement. Le gouvernement palestinien hésite entre une répression plus violente et le gouvernement israélien craint que la situation ne génère un nouvel intifada.

QUATAR – *Novembre 2013 – Il a fallu le mondial de foot pour que les médias se penchent sur la situation des immigrés qui contribuent par leur surexploitation à la gloire du foot et des richesses publicitaires qui le nourrissent. Le 25 septembre, le quotidien anglais Guardian dénonçait la mort de 44 ouvriers sur le chantier d’un stade en construction entre juin et août. Le 10 novembre, un rapporteur de l’ONU surenchérit : « Certains immigrants ne reçoivent pas leur salaire ou sont payés moins que le salaire convenu. Je suis également préoccupé par le niveau des accidents et les conditions périlleuses menant à des accidents et à la mort. » Comme il n’y a pas de nationaux exploitables (300 000), les 1 700 000 immigrants qui forment le reste de la population devront être « complétés » par un million d’ouvriers supplémentaires. Le système est verrouillé pour garder les esclaves sous contrôle. Le « kafala » consiste à retirer le passeport aux immigrés pour les astreindre à des rapports de subordination inacceptables. En fin d’année 2013, le comité d’organisation du Mondial veut publier des « normes de protection des travailleurs ».

ETATS-UNIS—août 2013—La mort dans le désert de l’Arizona ( pas seulement d’épuisement, de soif mais de morsures de serpents ou de scorpions) attend les migrants venus de toute l’Amérique Centrale à travers la frontière mexicaine. Alors que ces migrants sont pourchassés par  des patrouilles policières des groupes de volontaires  sous l’étiquette « no more deaths » patrouillent  eux aussi pour leur offrir eau et nourriture habits et soins  Les rapports avec les flics ne sont pas spécialement amènes. Récemment des poursuites judiciaires ont été engagées contre certains d’entre ces volontaires qui avaient déposé des jerricans d’eau sur un trajet supposé des migrants sous l’inculpation d’avoir souillé le désert.

EN MARGE DES LUTTES OUVRIERES

Dans le précédent bulletin, nous avions tenté une approche des mouvements, très confus dans différents pays, différenciés de la lutte de classe mais associant néanmoins travailleurs et précaires. Pour la France, le mouvement des Bonnets rouges vite éteint présentait ces mêmes caractères. L’Italie a connu un mouvement identique, celui des Forconi (les fourches). Fondé il y a deux ans en Sicile, regroupant les patrons de petites entreprises et les fermiers, revendiquant l’autonomie de la Sicile, il était un assemblage hétéroclite de travailleurs agricoles, de routiers, de chômeurs, de retraités, de précaires, d’étudiants, d’ouvriers, qui tous avaient de bonnes mais divergentes raisons de s’élever cotre le système. Poussé par la crise et par les mesures d’austérité, le mouvement a franchi de détroit de Messine pour essaimer dans toute la péninsule et engranger le même foullis de protestataires hétéroclites. Il a pu, le 9 décembre 2013, organiser un mouvement national de blocage des routes, des chemins de fer, occuper des mairies, les gares des principales villes d’Italie. Il s’est quelque peu alors affronté avec les flics. Le soutien de Beppe Grillo et de Berlusconi n’était pas spécialement un cadeau. Mais le succès de  l’action du 9 décembre lui a donné des ailes pour tenter une grande manifestation à Rome le 18 décembre : il ne réussit qu’à rassembler 15 000 manifestants et ce fut son chant du cygne. Comme pour les Bonnets rouges en France, on ne parle plus des Forconi en Italie.

LES MUTATIONS DU CAPITALISME

SUD-EST ASIATIQUE – L’augmentation des coûts de production en Chine, sous les coups de bélier de la lutte de classe, contraint les donneurs d’ordre à se tourner vers les pays du sud-est asiatique où l’important réservoir de main d’œuvre d’origine agricole et une pouvoir central autoritaire et aisément corrompu peuvent garantir, à la fois des conditions d’exploitation minimales, peu de réglementation sur le travail, aucune contrainte environnementale, et une paix sociale nécessaire au bon fonctionnement de l’exploitation (d’autres éléments peuvent aussi intervenir : un certain niveau d’instruction, des voies de communication faciles et sûres, etc.).
Les pays de destination de ces délocalisations ne manquent pas, aussi bien dans le sud-est asiatique que vers des continents plus lointains comme l’Inde et l’Afrique. Les investissements étant très faibles, ces transferts sont relativement aisés et souvent, même, les donneurs d’ordre peuvent trouver sur place des entreprises déjà établies qui ne demandent qu’à se développer. Bien sûr, lorsque l’on créée des prolétaires, on créée du même coup la lutte de classe. On parle ainsi de nombreuses batailles qui touchent d’abord les salaires, leur faible montant, et leur paiement plus que les conditions de travail (pourtant souvent dignes de celles du début du capitalisme). Où les choses se compliquent souvent, c’est que ces luttes peuvent servir de tremplin à des oppositions politiques tentant d’élargir leur influence. Nous verrons comment, par exemple au Bangladesh, ces conflits politiques peuvent se superposer aux conflits de classe. On pourrait même se demander si dans la concurrence entre pays de délocalisation, les conflits chez le voisin ne seraient pas manipulés pour faire fuir les investisseurs et les amener à s’installer chez soi.

MONDE—décembre 2013—De  l’utilisation de la « franchise » pour accroître les conditions d’exploitation. L’utilisation de ce mode de gestion est essentiellement concentré dans la restauration rapide qui a  des marges de profit réduites. Mais pas seulement chez Burger King ou Macdo;Amazon, Wal’mart, Apple entre autres y sont aussi abonnés Le magasin sous franchise doit payer des royalties à la compagnie mère un pourcentage du chiffre d’affaires pas des profits, le coût du travail est la seule variable qui peut  lui garantir un profit. C’est la raison pour laquelle on y trouve le plus grand nombre d’infractions avec la législation du travail à commencer par les salaires ( aux USA,  les salaires des « franchisés » est 65% de celui des salariés des non franchisés du même secteur) et le temps de travail. Aux USA, contraints d’appliquer les minima de salaries les boîtes franchisées réduisent les effectifs ou  les horaires( accroissant la charge de travail des restants)

CHINE –4/2/2014—Les entreprises chinoises se trouvent devant des problèmes que le capital a pu connaître dans les pays développés il y a lus d’un siècle: comment discipliner la force de travail pour qu’elle soit présente là où on l’attend.; Il est bien connu que  pour le nouvel an chinois les migrants retournent dans leur village. C’est bien connu aussi que 30% d’entre eux ou ne retournent pas ou en profitent pour changer d’air.. Les dirigeants d’entreprise, pour garder leut exploités et d’assurer qu’ils  ne partent pas avant et qu’ils retournent en temps utile, ont imaginé tout un système d’avantages pour s’assurer que les effectifs seront toujours au complet. ; Par exemple, leur payer le voyage, leur promettre une prime de retour, D’autres « avantages » sont aussi octroyés pour réduire le turnover.
LES CRIMES DU CAPITAL

CHINE – *Janvier – L’exploitation du travail des enfants est répandue dans le monde entier. A Shenzhen, une firme de l’électronique exploite 70 mineurs âgés de 12 à 14 ans. Ceux-ci sont « recrutés » dans les zones frontalières du Sichuan parmi les minorités ethniques par des négriers qui continuent de percevoir des dîmes basées sur l’intensification de l’exploitation : plus de douze heures par jour.
*Dans le Zhejiang, une explosion dans une usine de chaussures tue 14 travailleurs.
* Le 31 décembre 2013, on a constaté que 3,33 millions d’hectares de terres arables sont trop pollués pour être cultivables, la superficie moyenne d’un département français.
* août 2013—Le communisme de marché n’a rien à envier au capitalisme de marché. La domination du capital par tous moyens génère ici comme ailleurs une vague de violence quotidienne . La Chine vit dans une période de transformation profonde où l’argent devient roi et où toutes sortes de conflits sociaux et de protestations surgissent. Parce que le port des armes est strictement interdit, la violence sociale individuelle d’individus totalement déboussolés par les exactions du système et leur déstabilisation sociale, ne s’exprime pas dans des attaques  aux armes à feu individuelles et/ou collectives mais dans l’usage des armes blanches. En 2010, 4 attaques au couteau dans des écoles ont fait plus de 15 morts et 80 blessés. Récemment, après avoir acheté un couteau dans un supermarché, un homme attaque au hasard les clients; un autre  poursuit une femme dans la rue avec une machette après avoir trucidé son mari, un troisième après une dispute avec une femme tue son bébé en le projetant sur le sol. Un homme  dont on avait refusé d’enregistrer le 4ième  enfant tue à l’arme blanche deux employés de l’état civil En juin  un retraité mécontent du montant de sa pension incendie un bus  brûlant 47 passagers dont lui-même. On pourrait dresser une longue liste de tels crimes commis pour les motifs les plus anodins et les plus divers qui ne dépassent pas souvent les  limites des médias locaux.  Mais leur nombre est si important que  les autorités nationales ont décrété que pour acquérir un couteau dans un supermarché il faut  faire enregistrer sa carte d’identité; mais cela, et pour cause, n’a eu aucun effet sur la fréquence de tous ces crimes. D’un autre côté, soi disant pour endiguer cette « extrême violence » , les patrouilles de flics ont été multipliées dans les lieux publics ( cafés, bars, hôtels,, massages, etc..) pour identifier les « suspects ». Il est bien évident que toute mesure ( qui relève plus d’ailleurs du contrôle politique) prise au nom du « respect de l’ordre »  ne change rien à la pression sociale globale qui tient non seulement au régime politique mais aux conditions d’exploitation du travail et au fossé de plus en plus grand entre riches récemment enrichis et pauvres de plus en plus pauvres.

BANGLADESH–1*7/01/2014 – Décompte macabre et fuite des responsabilités. Les victimes, familles des assassinés et blessés lors de l’effondrement de Rana Plaza où se trouvaient, chiffre officiel, 3 500 esclaves. Des décombres, on a extrait 1 133 corps dont seuls 833 ont été identifiés. Sur les 1 509 survivants, 611 ont subi de graves blessures. Jusqu’alors, 1,4 million d’euros ont été distribués à 700 familles (20 000 euros chacune). Un fonds d’indemnisation a fait l’objet en décembre 2013 d’un accord entre le syndicat patronal Bgmea et les syndicats, mais seules 4 firmes étrangères exploitant les travailleurs bangladais y ont contribué. Les 25 autres parmi les plus importants clients se défilent et refusent sous des prétextes divers d’alimenter le fonds d’indemnisation. L’administration locale a payé à chaque famille de victimes 200 euros pour les frais d’obsèques et une partie des salaires impayés lors de l’effondrement (32 euros par mois). Une bonne partie des exploités étaient de jeunes femmes dont les salaires alimentaient en partie la famille restée au village. Sur les 1 509 survivants, 63 % ont été blessés et 92 % n’ont pas retrouvé de travail. Une prétendue campagne de prévention destinée à déceler les risques d’incendie et d’effondrement n’a entraîné, en décembre 2013, l’inspection de seulement 150 usines sur les 5 000 du secteur de la confection.

SUD-SOUDAN –* 20/01/2104 – Pétrole ensanglanté.
Les violences inter-ethniques recouvrent les luttes pour les puits de pétrole et leur pactole : plusieurs milliers de morts, 460 000 personnes déplacées, 86 000 réfugiées dans des camps.. Trois facteurs restent déterminants dans cette guerre civile:1) les compagnies pétrolière, pour contraindre les belligérants à s’entendre ont réduit  leur production ce qui entraîne pour tous les belligérants des pertes importantes de ressources. 2) La Chine qui est le principal investisseur pétrolier peut faire une pression efficace  pour contraindre à de pourparlers 3) les rivalités ethniques sont telles  que toutes ces pressions pétrolières peuvent être inefficaces et le pays glisserait encore plus dans une guerre civile généralisée  Les guerres autour du Soudat ont déjà fait plus de 2 milions de morts en quelques années.
TRINIDAD ET TOBAGO – *7/01/2014 – « Trop riches pour être si pauvres »  déclare un habitant de ces îles des Antilles où la richesse pétrolière côtoie une misère généralisée et une violence extrême. Le taux des crimes y est un des plus élevés du monde : 13 meurtres dans les sept premiers jours de janvier 2014.
ETATS-UNIS - Malheureusement cela ne se passe pas qu’aux USA. Les restrictions de crédit des services publics ont réduit nationalement de 1950  à 2010, le nombre d’établissements psychiatriques de300 à 200 et le nombre de patients  de 500 000 à 50 000. Tous ceux qui devraient normalement y être soignés se retrouvent en prison et leur nombre s’est accru avec la crise , de qui décuple les problèmes déjà inhérents à la privation de liberté dans des conditions d’autant plus contraignantes que là aussi les restrictions de crédit ont aggravé les conditions matérielles de détention et l’insécurité. En septembre dernier, selon les Etats des USA, le taux des prisonniers ayant des troubles mentaux évidents variait entre 10% et 51% du nombre des prisonniers

LES VISAGES MULTIPLES DE LA REPRESSION

FRANCE – *6/01/2014 – Caudebec-les-Elbeuf (Seine-Maritime, près
de Rouen). Pour avoir participé à un feu de palettes à la porte de l’usine ADMN, un militant syndical est convoqué au commissariat sur plainte de la direction, en fait un montage bidon pour aboutir au licenciement de ce délégué. Manif devant le commissariat au cours de son « audition ».
SINGAPOUR – *9/12/2013 – Dans le précédent bulletin, nous avons évoqué la brève révolte des Indiens immigrés lorsqu’un jour de repos et de libations, un bus blesse un jeune indien : la rue explose. Plus de 400 manifestants attaquent et incendient bus, ambulance, voitures de flics et autres véhicules, et tiennent plusieurs heures la rue face aux flics. 27 arrestations. Le lendemain, 4 000 travailleurs étrangers sont interrogés par les flics. En cas de poursuites pour « troubles à l’ordre  public », la peine peut aller jusqu’à sept ans de prison, agrémentée d’une bastonnade.
ALLEMAGNE – *20/12/2013 – Hambourg. D’imposantes manifestations contre une menace d’expulsion d’un squat, Rota Flora, et les maisons Esso : 2 000 flics déployés contre 10 000 manifestants, 120 arrestations, 500 blessés. Mais cela ne suffit pas car de multiples incidents et protestations concernent les immigrés, les squatters. Le samedi 4 janvier, la police de la ville déclare « zones interdites » les districts de St Pauli, d’Altona, Einsbuettel et Sternchauze. Dans ces zones, la police pourra interpeller, arrêter, fouiller et expulser hors district les « indésirables ». Le lendemain dimanche, 263 personnes sont ainsi ciblées et 62 expulsées du quartier.
Pour être complet, on doit ajouter que ces mêmes mesures comportant des interdictions de rassemblement, toute assemblée est immédiatement dispersée. Ces mesures seront maintenues jusqu’au printemps.
ESPAGNE – *10//01/2014. La crise bat son plein : taux de chômage de 26 % globalement et 58 % pour les 16-24 ans (en décembre dernier, 47 % des nouveaux contrats de travail signés étaient d’une durée de moins d’un mois et la moitié de ceux-ci n’étaient que de sept jours).
Il est envisagé de réduire le montant des indemnités de licenciements. Entre 2011 et 2013, le coût unitaire de la main d’œuvre a diminué de 3,2% et 60 % des travailleurs sous-emploi gagnent moins de 1 000 euros mensuels. La tension sociale explose un peu partout et le gouvernement entend renforcer la répression pour faire rentrer travailleurs et chômeurs sous les fourches caudines de l’austérité.
A Melilla, la distribution annuelle par la mairie de CDD de 6 mois à 1 000 euros mensuels par la municipalité déclenche une émeute où, outre les barricades de pneus et les affrontements classiques, on sort les fusils de chasse… Cela se répète à Burgos où des milliers d’opposants politiques (chômage  d’un côté et corruption de l’autre) à une décision de la municipalité de lancer un projet pharaonique de travaux dans la ville se battent avec les flics : 40 arrestations.
Ces répétitions autorisent le gouvernement à parler de « spirale de la violence », de « collectifs anti-système », de techniques de « guérilla urbaine ». Il projette une loi réprimant d’amendes de 3 000 euros à 600 000 euros et de peines de prison : le délit de blocage routier est étendu à la notion de blocage des transports (deux ans de prison), celui d’insulte au flic est étendu à la résistance à l’autorité (quatre ans de taule), organiser une manif sans autorisation revient à appeler à manifester sur les réseaux sociaux (un an de cabane).
Et, cerise sur le gâteau, un nouveau délit de « résistance active ou passive à grande échelle » est considéré comme une « atteinte à l’autorité ».
BRESIL – *3/01/2014 – Pour « sécuriser » la coupe du monde de foot, une force spéciale de police a été créée : 10 000 « flics des émeutes » sero
nt déployés dans les 12 villes où se dérouleront les matchs en juillet prochain.
AFRIQUE DU SUD – *Janvier 2014 – Une loi vient de déclarer illégal le fait d’aller manifester avec des battes de baseball, des lances et des machettes. Ouf !


ACTIVITES SYNDICALES

ITALIE-USA – *4/01/2014 – Les arrières-plans d’un accord parfait Fiat-Chrysler : le syndicat UAW au centre d’une opération financière.
Dans les années 2009, la dérive des trois grands de l’automobile, GM, Ford et Chrysler, avait nécessité l’intervention d’Obama qui imposa alors une restructuration drastique, visant notamment l’abandon par le syndicat UAW de l’ensemble des garanties des contrats d’entreprise. Auparavant, en 2007, pour soulager leur finance, ces firmes avaient abandonné le paiement direct des retraites et des garanties maladie pour en confier financement et paiement à un fonds de pension, Veba . Chrysler, entièrement géré par l’UAW. Même si le fonds était alimenté par les contributions régulières des salariés en exercice, il fallait assurer les réserves pour les prestations maladie et retraite des 117 000 retraités de Chrysler et de leur famille. Ce qui fut fait lors de la restructuration Obama de l’automobile en confiant à VEB 41,46 % des actions Chrysler. Mais contributions et revenus des actions n’étaient pas suffisants pour établir l’équilibre du fonds Chrysler même en réduisant les prestations, ce qui fut fait. En 2013, la partie santé du fonds était déficitaire de 4,35 milliards de dollars. Ce qui permit à Fiat, qui voulait manger Chrysler, de mettre le couteau sur la gorge de VEB Chrysler. Après d’âpres discussions de marchands de tapis, Fiat put acquérir 41,46 % des actions Chrysler détenues par VEB Chrysler et devenir propriétaire de Chrysler. Finalement, on peut considérer que l’enrichissement de Fiat et le renflouement de VEB Chrysler se sont faits sur le dos des travailleurs de Chrysler qui ont dû accepter au cours des années écoulées  la dégradation des conditions de travail et les licenciements concoctés par l’UAW et le patronat. Reste à savoir comment le fonds VEB Chrysler, ainsi privé de la garantie que représentait la détention d’une part importante de Chrysler, pourra assurer le paiement de l’ensemble des prestations aux retraités et à leur famille.
ETATS-UNIS – *8/01/2014 – Pour soutenir la compétitivité dans le match mondial Boeing-Airbus, Boeing a obtenu du syndicat des machinistes et sous menace de transfert et délocalisation des usines de la région de Seattle (80 000 travailleurs) des concessions « acceptées » au finish par 51 % des 24 999 machinistes concernés, propositions qui antérieurement avaient été rejetées par 67 % des travailleurs. Le conflit traçait une ligne de partage entre les travailleurs et les responsables syndicaux locaux de base d’un côté, et la direction nationale du syndicat. Il faut dire que si ce transfert vers des usines non syndiquées avait été effectué, la bureaucratie syndicale aurait perdu 3 millions d’euros de cotisations. L’accord imposé dans ces conditions prévoit, en contrepartie de l’abandon de projets de délocalisation, l’abandon du système actuel de retraite et d’assurance santé pour un système beaucoup moins favorable aux travailleurs. Une prime de « reprise » de 8 000 euros n’a pas calmé le mécontentement des travailleurs concernés (le salaire d’un ouvrier de Boeing est en moyenne de 26 000 euros par an, certains gagnent jusqu’à 80 000 euros avec des heures sup.).

AFRIQUE DU SUD – De plus en plus, la coalition gouvernementale (ANC, Cosatu et SACP) perd toute crédibilité, notamment après les grèves de l’an passé et le massacre de Marikana (voir précédents bulletins). Surfant sur la montée des grèves et de la contestation sociale dans les townships, des forces politiques de remplacement se précisent. Le syndicat de la métallurgie Numsa, pourtant affilié  à la confédération Cosatu, tente de former une troisième force politique en vue des élections du printemps prochain. Sur le plan syndical, les grèves dans les mines de platine ont vu la montée d’un syndicat rival du NUM, la confédération Amcu, qui vient de déclencher une nouvelle grève illimitée dans les mines de platine avec la revendication du doublement des salaires(  l’inflation est—officiellement– de 5,3%) La grève est effective (70 000 mineurs en grève) et bloque toute production. Mais la tentative de l’étendre aux mine d’or a été stoppée par une décision de justice, l’Amcu étant liée par un contrat collectif signé l’été dernier par le NUM qui rend toute grève illégale.
Le président de l’AMCU bien que dénonçant la collaboration de classe et à la corruption des dirigeants de l’ANC , de  la fédération syndicale COSATU et du syndicat des mineurs NUM harangue les grévistes en ces termes:   « C’est une révolution de l’économie de l’Afrique du sud et nous allons la vivre » tout en ajoutant » Personne ne va être tué. Nous devons être disciplinés » Dans une autre mine de platine de plus petite dimension, après une grève de 75 jours, les mineurs ont obtenu une augmentation de 9,50 %. Ce qui complique la situation dans les relations de travail c’est qu’il y a toujours latente la menace de grèves sauvages. Beaucoup font référence à l’année 2012 au cours de laquelle les travailleurs écœurés par les syndicats avaient formé des comités autonomes et organisé des grèves sauvages. Le syndicat AMCU  avait d’une certaine façon regroupé ces  comités mais en même temps avaient empêché que cette autonomie se développe.

FRANCE– *20/12/2013 – Méandres syndicaux chez Renault.
L’accord de compétitivité signé le 13 mars 2013 par la CFDT, CFE-CGC et FO permet 8 260 suppressions d’emplois ou/et le gel des salaires. Cet accord est contesté par la CGT qui obtient un jugement de la cour d’appel déclarant que cet accord ne peut remplacer « de plein droit » ceux existant antérieurement. On tombe ici dans un maquis juridique et des rivalités syndicales dont les travailleurs de Renault risquent de faire les frais.
*Janvier 2014 – Fin de la saga de Goodyear ou comment les travailleurs font les frais de la politique de la direction de la centrale CGT.
Goodyear est une multinationale américaine, un conglomérat dont seulement une partie est consacrée à la production de pneumatiques ; elle possède de nombreuses filiales de par le monde, indépendamment de ses usines propres. Deux de ces usines en France sont à Amiens, baptisées Amiens Nord et Amiens Sud bien que situées dans un même zone industrielle et seulement séparées pas une route. En 2008, un projet de fusion des 2 usines échoue devant le veto de la CGT.
En 2009, la CGT est majoritaire dans les 2 usines mais avec 2 sections syndicales distinctes. La direction propose alors un plan de restructuration des 2 usines avec à la clé un chantage à la fermeture totale (900 postes pour le sud, 1170 pour le nord). Ce plan implique le passage aux 4 x 8 (2 matins, 2 après-midi, 2 nuits, 2 repos, 30 weekends travaillés). La section d’Amiens Sud, suivie par les travailleurs, accepte de discuter le plan. La sanction tombe de la direction fédérale CGT de Paris : dissolution de la section et exclusion de l’ensemble des délégués. Tous les adhérents de cette section majoritaire passent à l’Unsa qui, avec FO et FTC, signe le plan de restructuration : l’usine et les emplois sont « sauvés » et aujourd’hui, l’usine Sud tourne à plein rendement, à peine touchée par la crise.
Amiens Nord refuse l’application du plan et entame une longue lutte pour tenter d’empêcher la liquidation de l’usine et, semble-t-il, démontrer à ceux de l’usine Sud que lutter ne peut qu’être profitable, même dans les circonstances présentes. La lutte devient même exemplaire sur le plan national. On va voir des tentatives de toutes sortes — depuis des reprises assorties de plans sociaux jusqu’à la constitution d’une coopérative ouvrière (Scop) qui reprendrait la fabrication des pneus agricoles, une des spécialités de l’usine.
Toutes ces tentatives échouent devant l’intransigeance soit de Goodyear, soit de la CGT. Plusieurs plans de départs volontaires avec reprise par l’américain Titan en 2011, en septembre 2012, puis en juin 2013, échouent, sans que l’on sache exactement sur quoi cela achoppe car chacune des parties se renvoie la balle. Ce qui semble certain c’est qu’après ces années de lutte sans résultat, la position intransigeante de la CGT commence à faiblir et que celle-ci, tentant le tout pour le tout, tente d’adopter une position plus radicale (sans que l’on sache si c’est la réponse à une pression de la base). Toujours est-il que, sur consignes syndicales CGT, 2 dirigeants de l’usine sont séquestrés ; leur libération deux jours plus tard s’accompagne d’une occupation de l’usine. Il est difficile de dire s’il s’agit d’un baroud d’honneur car le 22 janvier, un accord de fin de conflit est signé par l’ensemble des syndicats, y compris la CGT. L’ensemble des 1 173 travailleurs sont licenciés, l’usine sera reprise par Titan avec au départ zéro effectif, et la perspective de 333 embauches. L’accord prévoit pour les licenciés des indemnités conséquentes, une période de reclassement indemnisée de quinze mois et le paiement d’une mutuelle pendant vingt mois. L’accord est présenté par la CGT comme une victoire apportant le triplement des indemnités promises dans l’accord avorté de 2012. Ce qui est immédiatement contesté dans les médias qui donnent même des exemples de diminution  de l’indemnisation pour certains des licenciés
La CGT ne conteste pas ces chiffres mais précise que « l’accord prévoit un triplement de l’enveloppe prévue pour les départs volontaires et non le triplement des indemnités de chaque salarié ».
La conclusion de cette lutte de sept années et des divisions syndicales, y compris dans la CGT, c’est que dans une période de crise comme celle que nous connaissons présentement, il s’agit soit de travailler aux conditions imposées par le patronat, soit d’accepter la fermeture de la boîte (en se battant pour obtenir plus d’indemnités) et l’incertitude du chômage.
Dans un cas comme dans l’autre, les travailleurs restent soumis aux positions et manipulations des centrales syndicales, sauf s’ils prennent leurs affaires en mains, temporairement car, tôt ou tard, si leur combat reste limité, leur lutte sous la coupe des intermédiaires dans la gestion de la force de travail
* janvier 2014—Que signifie la représentativité syndicale? En mai dernier cinq syndicats ont gagné la loterie pour ètre « représentatifs » sur le plan national et c’est encore plus compliqué pour la représentation de branche ( 470 arrêtés pour la fixer) et encore plus pour celle de l’entreprise. A ce niveau de l’entreprise, un accord d’entreprise ne peut être signé que par les syndicats ayant recueilli 30% des votants, de légères variations autour de ce chiffre peuvent contraindre à des combinaisons. Celles6ci peuvent s’ajouter à des marchandage entre syndicats sur le plan de l’entreprise pour garder la représentativité, contraignant à des alliances contre nature et pas forcément acceptées par les adhérents. Tout cela doit aussi être relacé dans la faible adhésion syndicale ( moins de 10% nationalement pour l’ensemble des syndicats et des travailleurs) et la faible participation aux élections d'entreprise ( en général plus de 30% d’abstentions). Cette participation aux élections prud'homales est si faible ( 75% en 2008) qu’un projet de loi prévoit leur suppression pure et simple et la désignation des conseillers au prorata de la représentativité nationale des syndicats.



Pour recevoir individuellement ce bulletin, envoyer 6 enveloppes adressées et timbrées 0,87 euros.
Pour tout envoi en nombre donner juste l’adresse et la quantité requise. L’envoi se fait alors à nos frais.
On souhaiterait que chacun notifie ses changements d’adresse et/ou signale s’il désire cesser de recevoir cet envoi.
Aussi que des infos locales nous parviennent si possible déjà
résumées selon ce qui figure dans le bulletin
Pour tout contact, postal à l’adresse figurant en tête ou par mail:
echanges.mouvement@laposte.net
Il y a tant de luttes qu’il nous faut faire un tri et que bien de ces luttes échappent à notre attention.
Nous tentons seulement de ne pas trop en manquer