UNE FORTERESSE ASSIEGEE

(extrait de Dans le monde une classe en lutte juin 2014)
Il se déroule chaque jour dans le monde une guerre bien particulière dont on ne dit jamais le nom sauf à en décrire les différents éléments mais sans vraiment les relier entre eux. Il ne s’agit nullement d’une de ces guerres disons classiques qui, elles, alimentent les médias et reflètent les préoccupations économiques et stratégiques des grandes puissances.
Il ne s’agit nullement de ces guérillas qui sous leurs formes ethniques , religieuses ou nationalistes perdurent partout en Afrique, dans tout le Moyen Orient, dans le sud-est asiatique et en Amérique Latine .Cette guerre est particulièrement inégale : des millions la mènent , mains nues, sans autre arme que leur détermination prête à toute épreuve, même les plus dangereuses en face d’un adversaire puissamment armé et protégé par des barrières supposées infranchissables .
C’est une guerre sournoise, constante et si réelle mais qui se cache dans les replis d’une société dite normale.
Les petits soldats innombrables de cette guerre qu’ils ne croient pas mener, ils la subissent et la vivent dans l’exode , la misère, le mépris, la discrimination et parfois la mort. Ils viennent de partout où il y a de la misère et/ou de l’insécurité pour tenter d’entrer dans les pays où ils pensent trouver ce qu’ils n’ont pas et qui les fait partir à l’assaut.
Il y a bien deux camps ( on parle du Sud contre le Nord mais si c’est vrai en gros, ce n’est pas toujours exact) mais les deux camps pourraient s’identifier ente ceux qui ont et ceux qui n’ont pas. Effectivement , ils montent souvent du Sud vers le Nord comme fascinés par une étoile qui les guiderait vers ce paradis dont ils rêvent
Ils sont des millions venus d’un réservoir humain inépuisable poussés par une condition précaire et misérable tout aussi inépuisable. La seule chose sur laquelle ils peuvent compter, mais pas toujours, c’est la solidarité de leurs frères de misère et de combat
Ils sont prêts à accepter toutes les vexations, toutes les humiliations, la faim, la soif et les violences pour atteindre ce Nord qui tient tous leurs espoirs d’une autre vie
En face d’eux menant cette guerre implacable est un ennemi bien plus dangereux que sa police et son armée, ces répressions connues qu’ils craignent, connaissent et peuvent déjouer les pièges. C’est un ennemi inconnu qui peut à tout moment surgir de l’ombre, une hydre de Lerne aux mille tentacules faites de vol, de chantage, de viols, d’esclavage temporaire, de rançons, de violences physiques, de participation obligatoire à des trafics dangereux. La liste n’en est pas exhaustive, mais tous sont perpétrés par des hommes de hasard, souvent des marginaux comme eux. Et quand une partie d’entre eux ont réussi à échapper aux multiples tentacules de l’Hydre de Lerne et pensent avoir atteint la Terre Promise, de « bons citoyen » du pays d’accueil peuvent les attendre sous forme de milice pour leur donner le baiser de mort. Et s’ils en échappent encore, les attend le bagne de l‘usine ou de l’esclavage agricole ou même un internement dans un centre de rétention pour un retour à la case départ.
La forteresse Nord est bien protégée. Protection qui à chaque instant prend sa part de cadavres de milliers, de centaines de milliers ; Les protections sont « naturelles » : les mers sans fond ou bras de mer où se noient ceux qui se lancent dans les esquifs les plus fragiles, ou fleuves dangereux où se noient des nageurs inexpérimentés ; les déserts où les attendent la soif et la morsure des serpents. Là où il n’y a pas d’obstacles protecteurs naturels, un peu partout dans le monde des barrières terrestres ont été édifiées avec un luxe de moyens qui vont de hauts grillages, de murs gigantesques de béton, de barrières électrifiées, ou des ondes radar, des moyens inouïs de détection depuis les caméras jusqu’aux drones .Même quand ils se heurtent mains nues à ces murailles naturelles ou humaines répandues à travers le monde, ces milliers, centaines de milliers, millions même, ne savent pas qu’ils mènent une guerre contre un ennemi non identifié sauf par sa peur d’être submergé par tous ces parias portés par leur nombre et leurs espoirs. Un espoir de vaincre porté par un désir de vivre plus fort que la mort Si eux ne savent pas, leur ennemi lui sait.

 

Pour nous écrire:echanges.mouvement@laposte.net