INFOBREF N°437

Aux travailleurs et aux travailleuses du rail

Assemblée 13 Lutte Contre La Loi Travail / 13enlutte.fr / groupe Facebook « 13 En Lutte »

Article mis en ligne le samedi 23 avril 2016

C’est avec enthousiasme que nous avons reçu l’appel à une journée de grève des cheminots. D’abord repoussée aux calendes grecques (le 3 mai, le 11 mai,...), l’entrée de la CGT cheminots en lutte est une bonne nouvelle.

Pourquoi cet enthousiasme ? Parce que nous sommes des travailleurs précaires, isolés dans le monde du travail, comme c’est le lot de pas mal de travailleurs de la SNCF : SOCORAIL, services de nettoyage, objets trouvés et autres secteurs en sous-traitance. Pour eux comme pour nous, la grève, c’est bien plus qu’un enjeu syndical, c’est tout ou rien. Pour nous, se mettre en grève, ce n’est pas que perdre de l’argent, c’est aussi risquer le licenciement, c’est repartir de zéro si on perd. Et pourtant cette perspective nous fait de moins en moins peur.

C’est que nous, prolétaires qui n’avons pas de pays, nous commençons à tirer des leçons de la crise. Tout le monde va passer au moulinet de l’austérité : Espagne, Grèce, Irlande, Italie, Portugal, Grande-Bretagne... la défaite partout, les salaires au rabais, le salaire indirect (Sécu, chômage, retraites...) sabordé, peu importe le parti au pouvoir, quand bien même il s’agit de la gauche ou la "vraie" gauche (Syriza). Nous voyons la défaite de tous ces mouvements comme l’échec à mettre de l’enjeu, à mettre tout en jeu. A dépasser le blabla, les concertations et les indignations des "Nuits Debout" et du mouvement "Indignado" espagnol.

Aussi nous sommes ici pour vous manifester notre soutien, pour la lutte à venir. Ce soutien est humain, matériel, il peut être parfois financier même si nous sommes largement dans le rouge. Il est surtout évident pour nous que la meilleure aide que nous puissions apporter à votre mouvement, sera de nous mettre en grève nous aussi. Et pour cela il faut bouger les lignes.

Les cheminots le savent : ce n’est pas de la direction que tomberont les appels à la grève reconductible. Ce 26 avril est une petite victoire sur le calendrier de l’enterrement de la lutte. Mais il faut agir au plus vite. Ne pas se laisser faire par les logiques corpos si fortes, quand on a pas d’Assemblée de site avec tous les travailleurs de la gare, comme à Marseille.

Alors, oui, tou-te-s en grève le 26. Mais tou-te-s en grève le 28 aussi. Un préavis a été posé par les syndicats.

Nous savons aussi que beaucoup pensent que la lutte des cheminots contre le décret socle risque d’être minorée par un large mouvement. A ceux là nous répondons qu’au contraire, l’élargissement de la grève est la condition sine qua non de la victoire.
D’abord parce que ce serait se mentir de penser que le RH0077 protège tous les travailleurs de la SNCF. A quoi sert de défendre un statut, si ce statut n’est plus la règle ? Combien de vos collègues sont recrutés après l’âge de 30 ans pour être placé hors statut ? Combien de boîtes de sous-traitance, combien de CDD bloqués par des concours ? Combien de déréglementations ?

Ensuite parce que la loi travail s’appliquera quoi qu’il arrive. Précariser les statuts de base ne se fera pas sans tirer les autres statuts vers le bas. Enfin et surtout, parce que personne ne sortira indemne de la crise. La loi Travail n’est pas qu’une loi scélérate : elle est aussi une loi prévisible, logique, et qui en attend d’autres.
Ce mouvement aura lieu, peu importe son point de départ. Pour nous qui voulons bloquer l’économie, pour nous qui avons vécu les échecer ls des blocages partiels de 2010 et les renoncements syndicaux, il n’y a pas d’alternative : il faut bloques gares, pas un wagon ne doit passer. Ce sera avec vous, ce sera avec nous.

PASSONS À L’OFFENSIVE. ! EN AVANT VERS LA GÉNÉRALE !

Assemblée 13 En Lutte Contre La Loi Travail
/13enlutte.fr/groupe Facebook « 13 En Lutte »



Bilan de la grève cheminots du 26 avril 2016

Il est toujours complexe de connaître les chiffres du nombre de grévistes, surtout à la SNCF. De plus ceux-ci doivent s' analyser en puissance de blocage et donc en rapport de force pour la suite à donner à la grève. Tout d' abord il est nécessaire de rappeler que l'initiative de cette grève revient à Sud rail et FO. Les autres syndicats CGT, Unsa, CFDT,ne s'y sont ralliés que par la pression de la base,ce qui laisse à penser que le mouvement est plus solide qu'ils le pensaient.

Selon les communiqués ,la grève est suivie à 68,6 % pour les agents de conduite, et 70,4 % pour les contrôleurs, source la direction de la SNCF.

Pour sa part, la CGT, a comptabilisé un taux de grévistes de 50,3 % pour l’ensemble du personnel.

TGV et TER : seulement 4 trains sur 10 roulent

Nous sommes dans la phase de montée de la lutte, et déjà la presse et la télévision dégueule sur le statut des cheminots, sur leurs " avantages d' un autre age"

selon le journal libération

"20 000 cheminots en colère auront finalement eu raison des décomptes foireux du JT de Jean-Pierre Pernaut. Mardi, le JT de 13 heures de TF1 diffusait un sujet dans lequel on apprenait, à la veille de la grève à la SNCF, que les cheminots jouissaient de 60 jours de congé. Illico, nombre d’agents de l’entreprise ferroviaire réagissent, d’autant que la veille, BFM TV avait déjà ouvert les hostilités en estimant à 164 (!) le nombre des congés annuels à la SNCF. Si certains réagissent avec humour sur les réseaux sociaux, d’autres l’ont franchement mauvaise.

Une pétition est lancée, demandant à Jean-Pierre Pernaut de faire des excuses aux cheminots. Car de fait, le décompte est des plus aventureux. Comme Désintox l’a rectifié, le nombre de jours de congé est en fait de 28, à quoi s’ajoutent 10 jours de RTT. Certaines catégories d’agents ont également 12 jours de récupération appelés «repos compensatoire». Ces jours supplémentaires ont été accordés en raison des contraintes de travail spécifiques à certains métiers de la SNCF. L’entreprise doit assurer une continuité de service, 24 heures sur 24 et 365 jours par an. D’où des tranches horaires décalées, avec par exemple des «extrêmes matinées» qui débutent vers 3-4 heures du matin, ou des «extrêmes soirées» qui se terminent vers 2-3 heures du matin. Au maximum, on arrive à 50 jours… Pour atteindre les 60, TF1 a simplement additionné… les jours fériés, dont on ne peut pas vraiment dire qu’ils soient le privilège exclusif des cheminots.

Mais la grogne, dans un premier temps, n’ébranle pas Pernaut. Mercredi, il revient sur le sujet, et affirme, droit dans ses bottes : «Quelques-uns d’entre vous ont été surpris par des chiffres d’un reportage du 13 heures sur le statut des cheminots et leur nombre de jours de congé et de RTT. Ces chiffres avaient été vérifiés et nous ne pouvons que les confirmer.» Résultat, une colère qui s’amplifie, fait boule de neige, et fait gonfler le nombre de signataires de la pétition à 20 000. Le tout obligeant finalement Pernaut à aborder à nouveau le sujet ce jeudi, et à manger enfin son chapeau dans un rectificatif : «Les congés payés des cheminots, et c’est le chiffre à retenir, c’est 28 jours, plus le reste, jours fériés et RTT, comme toutes les autres entreprises.»

Et sur la retraite

Les cheminots ont aussi été touchés par les réformes des retraites de 2008 et 2010. Ceux qui relèvent du régime spécial de retraite -c'est-à-dire uniquement ceux qui ont été embauchés par la SNCF avant l'âge de 31 ans- peuvent partir à 52 ans pour les conducteurs et à 57 ans pour les agents sédentaires. En 2011, l'âge effectif moyen de départ à la retraite était de 55,1 ans.

Selon les projections du Conseil d'Orientation des Retraites publiées l'année dernière, il augmentera pour atteindre 61 ans en 2026.

cheminots



Derniéres nouvelles : La CGT a appelé bien timidement à la grève du 28 avril 2016 , cela n' a pas fait beaucoup de bruit, maintenant ils proposent le 10 mai aux cheminots.

GB

mardi 10 mai 2016 à 11h30

Lieu : Paris 15e

Parvis devant la gare Montparnasse
(Place Raoul Dautry)
Métro Montparnasse

carte

Manifestation à Paris des cheminots

Le 10 mai 2016, tous ensemble à Paris !

http://paris.demosphere.eu/rv/47036

Rassemblement à partir de 11h30, gare Montparnasse
pour se rendre en manifestation au Ministère des Transports.

La Direction, le Patronat et le Gouvernement ne répondent toujours pas aux légitimes revendications des cheminots, quel que soit le métier ou le grade. Devant cette provocation, les Fédérations proposent une manifestation sous forme d'ultimatum, afin que de véritables négociations s'ouvrent dès ce rendez-vous.

Le 10 mai 2016, les Organisations Syndicales CGT, UNSA, SUD-Rail, CFDT, FO, CFTC, CFE/CGC sont réunies avec l'UTP concernant la CCN ferroviaire, déclinaison de la loi du 04 août 2014.
Ce sera la 3e rencontre dans ce cadre et pour l'heure, alors que sous l'impulsion de la CGT, toutes les Organisations Syndicales formulent des propositions unitaires, c'est un refus de négocier !

Nos conditions de vie et de travail sont en jeu !

Nous ne pouvons pas accepter une régression de nos droits qui mettrait en péril la santé des cheminots, la sécurité des circulations et la qualité du service public ferroviaire.

Il en va de même de notre régime spécial avec des attaques incessantes sur nos retraites et pensions, notre médecine de soins et la non validation des trimestres pour les ex-apprentis.

C'est pourquoi, nos revendications sur les salaires et l'emploi sont légitimes, d'autant plus au regard du gaspillage orchestré par les hauts dirigeants de notre entreprise.

Pour rappel :

  • La SNCF a touché 400 millions d'euros au titre du CICE = rien pour les salaires et continuation des suppressions d'emplois. Où est passé cet argent ?

  • La SNCF a acheté OHL (plateforme logistique aux Etats-Unis : 717 millions d'euros et acquisition d'ATE (principal opérateur de bus en Australie) pour 113 millions d'euros : pas un centime d'euro ne rentre dans les caisses de la SNCF !

  • La SNCF a injecté dans EUROSTAR 246 millions d'euros, dans Thalys 33 millions d'euros ;

  • La SNCF, dans sa prise de participation des trains de banlieue à Boston, via Kéolis, a déjà perdu 29,3 millions d'euros ;

  • La SNCF loue le siège de St Denis pour 8 millions/an et continue de louer le siège de Mouchotte pour 7 millions pendant 12 ans ;

  • La SNCF réinjecte dans OUIBUS 110 millions d'euros et renfloue tous les ans cette filiale qui rentre directement en concurrence avec le train.


Cela vient s'ajouter au budget astronomique dépensé dans la communication, dénoncé par la Cour des Comptes et les scandales financiers (IBM, BTP…) qui sont dévoilés par la presse.
Aujourd'hui, ça suffit ! Le Gouvernement, le Patronat et la Direction de la SNCF doivent répondre aux exigences que nous portons !

Rassemblement à partir de 11h30, gare Montparnasse pour se rendre en manifestation au Ministère des Transports.

Cheminots de la SNCF, des E. F. Privées, Actifs et Retraités, Ensemble le 10 mai pour se faire entendre !

document au format PDF:



ci dessous un site très fiable sur la CHINE, cliquer sur l'image