1-CARACTÉRISTIQUES DE L' EXPLOITATION

MINIÈRE DU CHARBON.

 

1- La concentration des réserves de charbon et son exploitation se sont faites sur un nombre relativement limité de sites comme le centre et le nord de l' Angleterre, le sud du pays de Galles, la ceinture allant du nord de la France à la vallée de la Rhur et de la haute Silésie jusqu'en Belgique. En Amérique du nord, l' exploitation du précieux minerai s' effectua dans la ceinture des Appalaches. Se sont ces régions qui deviendront des centres industriels modernes , grande ville logistique fluviale et ferrée pour acheminer le charbon .

 2- Cette caractéristique de l' exploitation du charbon va donner un avantage de blocage à la classe ouvrière tel que celle-ci deviendra bien trop menaçante pour les pouvoirs en place, qui œuvreront de toute leur force pour la briser y compris par des bains de sang réguliers.

 3- La mécanisation se devait de briser l' autonomie du mineur « la liberté de manœuvre du mineur était à l'opposé du travail minutieusement organisé et contrôlé de la chair à canon de l' usine moderne »1  La perte de cette « autonomie »2 ne fera que radicaliser la lutte des mineurs.

 4- Les mineurs sont au centre des flux énergétiques et en prennent conscience , les grèves sont devenues plus efficaces en raison des flux de charbon reliant les chambres souterraines à chaque usine, chaque bureau, chaque foyer, chaque moyen de transport dépendant de l' électricité et de la vapeur. Les mineurs vont amplement utiliser cette situation avantageuse pour eux et se dresser comme l' avant garde de la classe prolétaire.

 5- Le sabotage et la grève générale.

En 1909 Emile Pouget fera l' éloge du sabotage comme méthode de lutte dans un livre « Le Sabotage »3. L' année suivante le sabotage devenait un instrument de lutte des travailleurs anglais, comme d' ailleurs l' utilisation plus systématique de la gréve perlée, du zèle et d' autres moyens visant à entraver le processus de production et de distribution ; avec deux sous, dira en 1895 le leader des syndicalistes cheminots français, il est possible de mettre hors d' état de marche une locomotive. Forts de leur position stratégique sur l' économie industrialisée, les mineurs du charbon vont commencer à utiliser la grève générale comme instrument de lutte réformiste ou insurrectionnelle. Nous verrons que la grève générale s'est souvent limitée à paralyser pour un temps l' économie, sans vraiment se lancer contre le pouvoir capitaliste et son état, sa destruction.

1/1-De la machine

On parle beaucoup du remplacement de la force de travail par la machine, de la domination du travail mort sur le travail vivant, mais on oubli en général que l' énergie qui fait fonctionner les machines est toute aussi importante et qu' à ce titre elle sera et est toujours source de pouvoir de guerres et révolutions.

 En effet à l' origine de l' expansion du capitalisme, nous trouvons le charbon et le chemin de fer. La locomotive à vapeur avait pour fonction initiale de transporter le charbon, c' est à dire d'acheminer cette énergie de la mine aux usines venant ainsi compenser l' acheminement par voie fluviale. Il était devenue possible grâce a l' exploitation de réserves souterraines de charbon d'obtenir une croissance accélérée, la quantité d' énergie produite en Grande Bretagne fut équivalente à la production pétrolière cumulée de l' Arabie Saoudite .

 L'invention des machines serait restée au musée de l' histoire sans l' intervention des énergies capables de les mouvoir 4, et de se substituer à la force de travail humaine ou animale5. Le charbon fut dans un premier temps le carburant indispensable à l' émergence de la société industrielle, il allait marcher de paire avec l' expansion des chemins de fer contribuant ainsi à réduire l' espace temps. A partir de ce moment qualifié « d’ère du charbon » le capitalisme naissant commença à s' affranchir de la force musculaire des animaux et de la vitesse de régénération des forêts, l' offre d' énergie allait croître non plus de manière linéaire, mais de manière exponentielle.

 « Les carburants fossiles sont, au contraire, des formes d' énergie dans lesquelles de grandes quantités d' espace et de temps ont été, pour ainsi dire, comprimées sous une forme concentrée. On peut donner une idée de l' intensité de cette compression en considérant qu'un seul litre de pétrole utilisé aujourd'hui a nécessité vingt-cinq tonnes de vie marine primitive, qui lui a fourni son matériau de base ; ou il fallut, pour produire les carburants fossiles que nous consommons en une année, une quantité de matière organique équivalente à l' ensemble de la vie végétale et animale produite sur toute la surface de la terre pendant quatre cents ans » (Timothy Mitchell.p.24/25)

1/2-toute l' histoire du prolétariat des mines est écrite en lettre de sang sur tous les continents

 Que se soit en temps de paix, pendant la guerre ou après, les mineurs de par leur place centrale dans la production capitaliste , trouveront toujours en face d' eux tout un arsenal répressif pour les contraindre au travail .

Toute l' histoire du prolétariat des mines est écrite en lettre de sang sur tous les continents. Les premières révoltes des mineurs en Amérique du nord n' échappent pas à la règle, dès le début c' est une véritable guerre de classe auxquels les mineurs seront confrontés. Le 21 avril 1894, 125 000 mineurs se mettent en grève en Amérique du nord .Ces grèves finiront par donner naissance à la plus illustre organisation prolétarienne de l' Amérique du nord , le syndicalisme révolutionnaire des Workers of the World IWW ou Wobblies6.

« En 1905, l'organisation la plus militante des IWW était, sans conteste, la Western Fédération of Miners. Le meurtre, la loi martiale et autres méthodes de terreur officielle n' avaient en rien freiné la détermination de la WFM,détermination qui avait permis aux mineurs de l' Idaho, du Nevada et du Colorado, d'obtenir l' amélioration de leurs conditions de travail »7

En 1901 le syndicat était composé de 25 000 membres , en 1905 ils seront 40 000.

Les mineurs, vont continuellement devoir faire face à la violence sans limite des propriétaires des mines et des milices, mais aussi des troupes fédérales et plus sournoisement de l' AFL. Les massacres, les enlèvements de grévistes et de militants des IWW sont courants. Par exemple les Wobblies, s'étant rendus de Seattle à Everett en bateau, furent accueillis par les forces de l'ordre qui ouvrirent le feu sur les 250 passagers du paquebot Verona, abattant 11 syndicalistes et blessant grièvement 27 autres.

Les arrestations deviendront systématiques, en 1914, Joe Hill, fut, sans aucune preuve accusé de meurtre et exécuté par l' Etat de l' Utha en 1915 , il s' agissait alors pour la classe bourgeoise de semer la terreur contre tout mouvement qui potentiellement pouvait s' opposer à la première guerre mondiale. Les IWW de par leur capacité d' entraver l' économie furent les premiers visés. Le gouvernement américain avait réussit à monter l'opinion publique contre les IWW au point que Frank Little, l'opposant de l'IWW le plus déterminé contre le carnage de la guerre, fut lynché à Butte dans le Montana en août 1917, quatre mois après la déclaration de guerre. La bourgeoisie va exprimer ses craintes :

«  En 1918,la Rockefeller Fondation, à New York, publiait un rapport8 qui expliquait leur nouvelle vulnérabilité : « Si le passé récent a révélé les conséquences effroyables des conflits syndicaux, les événements actuels ne font ils pas apparaître des possibilités infiniment pires dans le monde entier ? Le syndicalisme cherche à détruire par la force les organisations existantes et à transférer le capital des industries de leurs actuels propriétaire à des organisations ou des syndicats révolutionnaires. C' est cela que vise la « grève générale ». Que ne risque-t-il pas d' arriver si aux États-Unis ou en Angleterre, d' ici quelques jours ou quelques mois, les mines de charbon sont tout à coup fermées et les chemins de fer bloqués ! [...]il s' agit là d' un pouvoir qui, s'il était mis en œuvre, paralyserait […] la nation plus efficacement que n' importe quel blocus de guerre. » (p. 35 Timothy Mitchell)

 Notes

1Cartier Goodrich,the Miner's Freedom, p14 ; Bruce Podobnik, Global Energy shifts, p.82-85. Sur l'autonomie relative des mineurs de charbon et sur sa disparition avec la mécanisation.

2Il ne s' agissait en fait que d' un corporatisme dissimulé sous le terme « d' autonomie »

3Le livre est visible sur Internet, Le Sabotage,M.Riviére, Paris ,1911(1909).

4 Selon Marx« Tout mécanisme développé se compose de trois parties essentiellement différentes : moteur, transmission et machine d'opération. Le moteur donne l'impulsion à tout le mécanisme. Il enfante sa propre force de mouvement comme la machine à vapeur, la machine électro-magnétique, la machine calorique, etc., ou bien reçoit l'impulsion d'une force naturelle externe, comme la roue hydraulique d'une chute d'eau, l'aile d'un moulin à vent des courants d'air. 

La transmission, composée de balanciers, de roues circulaires, de roues d'engrenage, de volants, d'arbres moteurs, d'une variété infinie de cordes, de courroies, de poulies, de leviers, de plans inclinés, de vis, etc., règle le mouvement, le distribue, en change la forme, s'il le faut, de rectangulaire en rotatoire et vice versa, et le transmet à la machine-outil. »(Le Capital T 1)

5Par exemple les mines qui se remplissaient régulièrement d' eau, étaient pompées par un système d' attelage d' animaux. Ensuite le problème du pompage fut résolu par une machine a vapeur inventée par Newcomen en 1712 qui utilisera le charbon pour actionner les pompes.

6 Les IWW furent fondés au congrès de Chicago en juin 1905 par 200 délégués (socialistes, libertaires, anarchistes et syndicalistes révolutionnaires) venant de tous les États-Unis (principalement de la Western Federation of Miners)I.Ils s'opposaient à l'orientation syndicale de l'American Federation of Labor, la principale organisation syndicale du pays. Les premiers organisateurs des IWW incluaient Big Bill Haywood, Daniel De Leon, Eugene V. Debs, Thomas J Hagerty, Lucy Parsons, Mary Harris Jones (plus connue sous le nom de Mother Jones), William Trautmann, Vincent Saint John, Ralph Chaplin.

7Larry Portis IWW et syndicalisme révolutionnaire aux Etats-Unis ed.Spartacus.

8La famille Rockefeller avait commandé ce rapport suite au massacre des mineurs de Ludlow pratiqué par la Garde nationale du Colorado.