sitting_bull_aPour la libération de Léonard Peltier

C 'est au cour des années 70 que se développe aux états unis le Mouvement des Droits Civiques1.Bien que se plaçant comme un mouvement au sein même de la démocratie celui-ci sera contraint pour se défendre de prendre les armes. Les têtes-de-pont de ce mouvement seront les Black Panthers et l'AIM.

Ici, nous allons parler essentiellement de l' AIM2, cette organisation qui va défier en 1973 le pouvoir américain en procédant à l' occupation, armes en mains du village de Wounded Kned ( Dakota du sud). L'AIM avait commencé ses actions en novembre 1969 par l' occupation de l' ile d'Alcatraz, puis le quartier général du BIA (Bureau of Indian Affairs) en 1972 à Washington.

Que veut ce mouvement

Il veut principalement une reconnaissance culturelle et religieuse, et récuse la politique assimilationniste mise en place par les Etats-Unis à partir de 1949. Politique visant à dispatcher les indiens dans les villes (la fameuse mixité aujourd'hui contre le communautarisme.). Il est nécessaire de rappeler que l' Etat fédéral poursuivait sous une autre forme le génocide des indiens commencé par les colons. Tout d' abord il va retirer les enfants indiens de leur famille et ne va pas hésiter à pratiquer la stérilisation des femmes.

Ce communautarisme n' était qu'une réaction d'un groupe ciblé socialement selon des critères historiques et raciaux. Les indiens en arrivèrent à vouloir se gérer eux mêmes en revendiquant pour leur communauté des droits spécifiques, y compris les armes à la main comme le black panthers party. Ils parviendront en partie à leur but, le « Pouvoir rouge » conduira en 1975 à l' Indian Self- détermination and Education Assistance Act of. L' American Indian Religious Freedom Act en 1978, complète les droits obtenus en offrant la garantie de la liberté de culte pour les Amérindiens.

Wounded Kned et ses enseignements

L' AIM avait pour son rassemblement de protestation choisi le petit village de Wounded Kned , car celui ci est le lieu symbolique de la défaite de Big Foot et du massacre de 300 Indiens Sioux. Ce lieu de résistance va donner le tournis à l' administration Nixon en plein scandale du Watergatte. Un formidable élan de solidarité va se faire autour de l' action de l' AIM. Tout cela est relaté dans un documentaire « terres indiennes » visible sur le net3.

L' administration Nixon avait une véritable trouille de cette solidarité montante, qui pouvait exploser avec les vacances universitaires. Il fallait donc qu'elle règle le conflit au plus vite, ses sbires coupèrent l'eau et l' électricité et espéraient ainsi faire plier les émeutiers. Mais ceux-ci furent ravitaillés par un avion, pendant que régulièrement des échanges de tirs se faisaient .

Le mouvement comprenait des vétérans de la guerre du Vietnam, ils savaient comment faire pour s' affronter au FBI et à l' armée, même si ceux-ci avaient la supériorité militaire. C 'est le risque social global qui va faire «céder» l' administration Nixon. Mais elle va se venger par la suite, son intention était de mater définitivement l' AIM, en procédant à son infiltration et en éliminant physiquement ses membres . En trois ans, les milices indiennes pro gouvernementale de Wilson ( les «Goons») vont liquider plus de soixante militants de l' AIM. Le 26 juin 1975, le FBI attaque le village Oglala et assassine un jeune de l' AIM, mais deux agents du FBI se font flinguer. Un membre de l' AIM Léonard Peltier est désigné comme le tueur des agents du FBI, il sera condamné à deux peines de prison à vie, qu'il purge toujours malgré la demande en grâce auprès du Président Obama; Léonard détient aujourd'hui la médaille d' or du plus ancien prisonnier de la planète.

Il est intéressant de voir avec quel hargne, le gouvernement des États-Unis refuse la libération de Léonard. Lors de sa première visite au USA Neslson Mandela a immédiatement demandé à Obama la grâce de Peltier, sans succès. De même lors de la campagne présidentielle du candidat Obama, les Amérindiens avaient un si grand espoir en celui-ci (après une rencontre avec les chefs tribaux du Dakota du sud) qu'ils lui donnèrent le nom « d' aigle noir ».

Pour la libération de Léonard Peltier

G. Bad

 1Les indiens n’ont eu la nationalité Américaine que dans les années 1920 (c’est un peu grâce à la France d’ailleurs, un indien s’était fait remarquer par sa bravoure pendant la guerre de 14 et pour le décorer il fallait qu’il appartienne à un pays)

2L'American Indian Movement (AIM) est un groupe de droits civils des indiens des États-Unis. Il est fondé à Minneapolis-Saint Paul par Dennis Banks et Clyde Bellecourt avec le soutien de l'attorney Douglas Hall et l'avocat des Black Panthers Matt Eubanks.

 3 Robert Redford a fait une fiction sur les évènements de l'AIM (le film Coeur de Tonnerre ), il y a aussi eu un documentaire, Incident à Oglala, produit par De Niro… Rage Against The Machine

 


Rassemblement de solidarité avec Leonard Peltier et avec la communauté d’Oglala de la réserve sioux-lakota de Pine Ridge (Pa ris, le 27 juin 2012)
26 juin 2012, par Yonne Lautre

Comme chaque année, la communauté sioux-lakota et les supporters du prisonnier politique amérindien Leonard Peltier vont se rassembler dans le village d’Oglala sur la réserve de Pine Ridge, le 26 juin prochain. http://www.csia-nitassinan.org/spip...

Cet événement a pour but de se souvenir et honorer la mémoire de celles et ceux qui ont perdu la vie lors du « Règne de la terreur » sur la réserve sioux-lakota de Pine Ridge dans les années 1970 et lors de la fusillade du 26 juin 1975 sur la propriété des Jumping Bull. C’est aussi l’occasion d’organiser la mobilisation contre l’injuste et illégale incarcération de Leonard Peltier.
En France

Un rassemblement dans la cadre des commémorations à Oglala se déroulera le mercredi 27 juin 1012 (de 18h à 20h), à Paris, Place de la Concorde (angle du jardin des Tuileries et de la rue de Rivoli), lors du rassemblement hebdomadaire en solidarité avec Leonard Peltier, Mumia Abu-Jamal et contre la peine de mort (ces rassemblements hebdomadaires se déroulent chaque mercredi sans discontinuité depuis 1996).

VENEZ NOMBREUSES, NOMBREUX EXPRIMER VOTRE SOLIDARITÉ !

« Amnesty International considère Leonard Peltier comme un prisonnier politique dont les recours pour obtenir une réparation légale ont tous été épuisés. Le gouvernement des États-Unis a rejeté à plusieurs reprises les demandes d’un réexamen officiel. Amnesty International reconnait qu’un nouveau procès n’est plus une option possible et est convaincu que Peltier devrait être libéré immédiatement et sans condition. »

Pour suivre l’activité du Groupe de soutien à Leonard Peltier en France (rattaché au « Leonard Petier Defense/Offense Committee » - LPDOC) : http://www.csia-nitassinan.org/spip...

Groupe de Soutien à Leonard Peltier - LPSG-France
c/o Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques - CSIA
21ter Rue Voltaire, F-75011 - France
Téléphone : +33 (0)1 43 73 05 80 - Fax : +33 (0)1 43 72 15 77 (attn CSIA/LPSG-France)
Email : freepeltier@no-log.org

Leonard Peltier Defense Offense Committee (LPDOC)

Web : www.whoisleonardpeltier.info

 

Chronologie de la révolte des Indiens d’Amérique

, par Robert Paris

http://www.matierevolution.fr/spip.php?article3128