DLM_noir_blanc

TOUT CHANGE POUR QUE RIEN NE CHANGE

Entre les dérapages de Trump, les fusées et la bombinette nord-coréenne, les déluges de pollutions extrêmes du Texas et les palabres autour des réformes adaptatrices Macron, tout ce fatras qui fait «’actualité», la place de ce qui est la lutte de classe mondiale est réduite médiatiquement à plus que le minimum qu’on pouvait nous en livrer habituellement

Pourtant, on assiste, sur ce terrain des classes à de profondes transformations. Pourtant, il importe de dire que celles-ci , pour importantes qu’elles soient, ne changent en aucune façon, les fondements mêmes de la société dans laquelle nous vivons,. D’un côté une classe capitaliste réduite qui prospère de l’exploitation de la force de travail dans une énorme variété de situations et de conditions, de l’autre la masse de plusieurs milliards d’exploités séparés par l’énorme disparité de leurs conditions, disparité géographique et disparité de statut social. Si la classe capitaliste peut continuer à prospérer à travers ses propres mutations, cette prospérité sécrète, au-delà des contradictions purement économiques et financières génératrices de dangereuses crises, des nuisances résultant d’une exploitation forcenée de toutes les ressources naturelles de la planète, ce que renferme le sol et tout ce qui y vit: non seulement épuisant et dégradant tout, y compris l’espèce humaine, mais créant par son activité envahissante et incontrôlable des nuisances qui accélèrent encore plus les conséquences directes de cette surexploitation.

Ces dernières décennies, en comparaison avec les périodes historiques précédentes, on assiste à une accélération de ces transformations par le développement de nouvelles techniques qui s’appliquent dans tous les domaines d’activité. Cette évolution est si rapide qu’on a du mal à la suivre et à s’adapter, alors qu’on la subit, avant de comprendre ses conséquences sur notre vie et d’envisager réagir contre les perturbations et nuisances qu’elle peut porter, non seulement sur les conditions de notre exploitation mais aussi sur ce qui peut nous rester de notre vie quotidienne, notre espace de liberté.

Les notions qui formaient le cadre de cette exploitation et de notre vie changent de sens. L’entreprise capitaliste, à mesure humaine et nationale, est tiraillée entre le gigantisme des multinationales, bien loin d’une base nationale quelconque, et l’entreprise à une ou deux personnes qui n’est nullement la résurgence de l’artisanat ou du commerçant d’autrefois.

Non seulement il faut réaliser que l’on se trouve en présence de nouveaux concepts, mais il faut aussi apprendre un nouveau langage. Cela dépasse l’usage d’un ordinateur auquel on s’était adapté bon an mal an. La numérisation, dont on nous rabat les oreilles de partout, est cette omniprésence d’un nouveau langage.

Cette numérisation commence en réalité avant la création des premiers calculateurs électroniques dès le début des années 1930. C'est là qu'il faut commencer notre réflexion. On peut remarquer que cette numérisation commence à peu près à l'apogée de la période qui a vu triompher l'impérialisme et le capital financier, et qu'il y a peut-être une articulation entre numérisation et domination réelle du capital à l'échelle mondiale.

On pourrait simplement dire que cette numérisation ne représente qu’une accélération considérable de la communication, c’est-à-dire de la relation entre producteur et consommateur. Peut-on comparer ce que certains baptisent la «évolution numérique» à d’autres révolutions antérieures dans ce même secteur de la communication, comme les développements du chemin de fer, de l’automobile ou du conteneur. Eux aussi ont «évolutionné» un secteur important de la communication, détruisant ce qui existait auparavant et développant de nouvelles structures économiques et d’exploitation de la force de travail.

On peut penser que la question des technologies numériques dépasse en réalité les évolutions/révolutions technologiques précédentes internes au capitalisme. L'informatisation de la société n’est plus seulement réduite à l' entreprise, ,elle contrôle et analyse tout en permanence, elle casse la sphère privée des individus joignables et contrôlables à tout instant en temps réel. Ce sont ces transformations dues aux applications de cette nouvelle forme de communication qui se déroulent sous nos yeux sans que nous en percevions forcément l’importance et l’impact, non seulement sur l’exploitation de notre force de travail (quelles que soient les conditions dans lesquelles elle opère) et dans notre vie quotidienne (qui peut se situer dans le moindre détail)

Si le capitalisme mondial est divisé en deux pôles, les multinationales géantes d’un côté et les start up minuscules de l’autre, il n’y a pas opposition mais complémentarité: les start up fonctionnent comme outils de recherche dans l’application des nouvelles technologies et, si elles réussissent, elles sont rapidement absorbées par les multinationales. à la fois pour des raisons financières qu’à cause de leurs découvertes

Un seul exemple de l’étendue de ces transformations des structures du capital: le commerce en ligne, fille de la numérisation atteint près de 30% des transactions du commerce de détail aux USA; Amazon , spécialisé dans la livraison en ligne, vient de fonder un service de produits alimentaires Amazon Fresch et a absorbé une boîte de produits alimentaires Whole Food; de son côté, Walmart une multinationale de la distribution par hypermarchés, sentant le vent venir , vient de se marier avec Microsoft et a absorbé un petit de la vente en ligne Jet.com.

Un autre exemple da la manière dont la numérisation peut modifier le fonctionnement d’une unité économique quelconque. La firme allemande Siemens a construit et exploite une ligne de chemin de fer électrique entre Boston et Washington. La circulation régulière des trains dépend du bon contact entre la pantographe et le caténaire et le moindre disfonctionnement peut être le début d’un incident plus grave. Siemens a équipé toutes les locomotives d’un dispositif qui enregistre le moindre écart de contact sur le caténaire. S’il y en a un, c ‘est immédiatement enregistré sur la locomotive, et ce renseignement avec le lieu où cela a été enregistré est, au prochain arrêt, transmis automatiquement aux techniciens de Siemens en Allemagne qui déchiffrent le message et renvoient le renseignement aux équipes de maintenance aux USA. Tout cela en utilisant le numérique.

De telles innovations peuvent se retrouver dans tous les domaines économiques.

Il suffit d’imaginer ce que signifie cette « révolution numérique» qui peut jouer non seulement sur le détail comme dans l’exemple précédent , et sur la structuration de l’organisation capitaliste, y compris par exemple l‘expansion chinoise dans tout le sud-est asiatique et l’Afrique. Mais, quelle que soit l’ampleur de ces transformations, comme nous le soulignions au début de ce texte, deux classes antagonistes restent en présence: le capital et le travail avec son corollaire, la lutte de classe, qui elle aussi se transforme à la mesure des transformations structurelles du capitalisme.

 

TEXTILE ET INDUSTRIE DU VETEMENT

La course vers l’Ouest à travers l’Océan indien

(Voir précédent bulletin)

Les grèves se déplacent toujours avec les délocalisations vers les coûts de main d’œuvre les plus bas, notamment en Afrique. Contre les fermetures en Chine, pour les salaires et les conditions de travail ailleurs. On ne donnera que les conflits de ces derniers mois.

Chine – août 2017 – La Chine reste le plus grand exportateur de textiles avec 40% de la production mondiale exploitant 10 millions de travailleurs dans 100usines et cela, malgré tout le courant de délocalisation vers l'Ouest jusqu'en Afrique. Et malgré l'élévation des salaires qui restent les plus élevés dans ce secteur après la Malaise (250 euros mensuels) puisqu'ils ont progressé au cours des dernières années d'environ 13% par an. Mais les conditions de travail restent inchangées et peuvent atteindre jusqu'à 20 heures par jour et sept jours sur sept, souvent contraints de loger sur le site même de l'usine dans des conditions de surpopulation, d’alimentation et d’hygiène plus que minimales. Un des géants , le grossiste et producteur Uniqlo, propriété d’un japonais Tadaski Yanai, parmi les 50 plus grosses fortunes mondiales a une réseau de sous-traitants et exploite directement plus de 70 usines pour la plupart des grands marques mondiales du vêtement.

Bangladesh -14/7/2017 – 2000 travailleurs de l'usine Maduripur Sning Mill dont la fermeture et annoncée pour difficultés financières bloquent les axes routiers proches de l'usine dans la banlieue de Dhaka . Chassés par les flics, 18 blessés.

13/6/2017 – Le 24 avril 2013, l'immeuble industriel Rana Plaza abritant nombre d'ateliers textile s'effondrait faisant 1335 tués et 2blessés. 42% des survivants sont aujourd'hui sans emploi et 30% trop traumatisés ou handicapés pour pourvoir travailler. La série d'assassinats programmés par le capital continue dans les trois premiers mois de 2017, on a compté 293 tués et 100 sérieusement blessés

-16 août 2017 Les travailleurs d’une boîte coréenne manifestent par un blocage routier près de l’usine contre le licenciement de 218 d’entre eux pour avoir protesté contre le non paiement d’une prime. Ils sont attaqués par des nervis soudoyés par la firme: 50 blessés

2 septembre 2017 Amine Jute Mill, les 500 travailleurs de cette usine de traitement du jute manifestent pour le paiement des salaries. Les flics réagissent: 15 blessés parmi les manifestants qui bloquent un axe routier

Egypte – 45% de l'économie est aux mains de l'armée. Les appelés au service militaire à partir de 18 ans peuvent y rester jusqu'à trois ans; Après 45 jours de formation militaire, la plupart abandonnent l'uniforme pour le troquer contre un bleu de travail et être exploité dans une des nombreuses activités économiques de l'armée ( services, usines clubs, boulangeries et autres projets de recherche). Bien sûr, ils restent tout ce temps soumis à la loi militaire et les auteurs de toutes infractions dont la grève sont traduits devant les tribunaux militaires. L'un d'eux, Mohammed Ali, a passé ainsi deux années dans une usine textile de couvertures payé 15 euros par mois, la solde normale d'un conscrit pour travailler de 7 h à 17 heures . Rien d'étoupant alors que la taux de chômage de 12% en moyenne soit de 79 % pour les jeunes de 15 à 29 ans.

11/8/2017 – Complexe textile de Mahalla Misr Spinning and Weaving Company ( filature, tissage ,confection), entreprise d’État totalement intégrée qui exploite 25 travailleurs. La grève sauvage éclate le 5 août menée par 6 000 travailleurs pour les salaires et le paiement immédiat d'une prime. Ils sont rejoints le 8 août par 10autres d'autres départements du complexe industriel textile. Tous refusent une offre d'augmentation de 10% et continuent la grève . Les troupes et des agents secrets sont déployés autour et dans l'usine. La grève est suspendue le 20 août sur une promesse de discussions et d'une réponse rapide notamment sur la question du partage des profits de l'entreprise.

 Birmanie – 2 septembre 2017- Usine textile de DJY Knitting Myanmar , 280 travailleurs sur 400 en grève depuis le 7 aout manifestent contre le licenciement d’un des leurs pour avoir tenté de constituer une section syndicale. Ils demandent sa réintégration du et présentent dans la foulée 17 revendications. Des barricades sont édifiées autour de l’usine

 Cambodge –Au cours du premier semestre 2017, le pays a connu 432 grèves dans 376 usines. Dans l’industrie du vêtement les 800travailleurs gagent en moyenne entre 200 et 300 euros par mois.

Les usines textiles semblent avoir un problème récurrent dont on ne parle guères dans la même industrie des pays de la chaîne du textile. En 2016, 500 ouvrières de 4 usines textiles ont dû être hospitalisées suite à des évanouissements sur le lieu de travail. Elles doivent travailler 10h par jour sur six jours/semaine pat 37°C dans les ateliers sans aucune ventilation ou air conditionné pour une salaire mensuel de 150 à 190 euros ( avec heures supplémentaires obligatoires dont le refus entraîne le licenciement) alors que le minimum vital est évalué à 350 euros/mois. On pense que malgré le déni ou les explications vaseuses des patrons, l’utilisation de solvants ou teintures en est la cause avec peut-être une sensibilisation à retardement des conséquences de l’épandage chimique (agent orange) pendant la guerre du Vietnam. Autre problème concernant les travailleurs à 80% féminins: le harcèlement sexuel si fréquent dont se plaignent plus de 30% des ouvrières ; des études montrent qu’il a des incidences directes sur la productivité à cause du turn over, des absences et des luttes.

- 9 juin 2017 protestation de 1travailleurs devant le ministère du Travail pour la réembauche de 10 syndicalistes de base licenciés suit à une grève

- 13 juillet 2017 – 200 travailleurs de la confection occupent l’usine pour salaires impayés suite à la fermeture de l’usine sans aucun préavis

- 4 aout 2017 : 300 travailleurs sont contraints de mettre un terme à leur contrat avant son expiration sans indemnités organisent un sit in devant les portes de l’usine

- 2 septembre 2017-Nantai Garment.Factory.-suite à un changement de propriétaire les contrats de 660 ouvrières ne sont pas renouvelés Il ne leur est proposé qu’une indemnité de licenciement de 60 euros inférieur au minimum légal. Contre une menace de fermeture définitive de l’usine elles organisent un piquet permanent pour empêcher le transfert des machines

- 9 septembre 2017 : 150 travailleurs de l’usine de confection Teng Xua débraient et manifestent autour de l’usine pour six revendications, dont l’indemnisation des congés maternité, le paiement des congés maladie et contre les licenciements arbitraires

 Vietnam – Le pays a connu de 300 à 500 grèves par an depuis 2000 et 133 grèves dans les 5 premiers mois de 2017, 60 à 80% d'entre elles dans et autour d'Ho Chin Ville et dans les provinces de Binh Duong et de Dong Nai. De 60 à 80% des esclaves du textile sont des jeunes femmes âgées de 18 à 30 ans qui doivent quitter à cet âge à cause de leur épuisement. Le 6 septembre, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase du ras le bol.. Un cadre refuse que les travailleurs au sortir de la cantine s'assoient en bleu de travail sur des sièges réservés: 2débraient sur le champ suivis par l'ensemble des 6travailleurs de l'usine. Le lendemain matin la grève continue s'étant enrichie au cours de la nuit de 14 revendications concernant les salaires, les congés maladie , plus d'avantages sociaux et l'abrogation d'une disposition du règlement qui contraint de déclarer trois jours à l'avance toute absence maladie et le paiement de plus d'un jour par mois en cas de congé maladie. La direction licencie le cadre responsable de l'étincelle qui a mis le feu à un mélange explosif et entame des pourparlers sur les revendications.. La grève cesse.

Le 16 septembre 2017 , 6travailleurs d’une usine textile dans la province de Thanh Hoa sont en grève pour soutenir 14 d’entre eux licenciés pour avoir tenté de constituer une section syndicale

LE NUMERIQUE, L’EXPLOITATION DU TRAVAIL ET LE CONTRÔLE DU QUOTIDIEN

 robots_digital

France—août 2017 -Dans l’article de tête de ce bulletin nous avons évoqué un exemple de cette utilisation du numérique dans les chemins de fer américains. Pour ne pas être en reste , la SNCF vient de lancer un programme #dIgitalSNCF dont l’exécution est confiée à une nouvelle direction eSNCF qui doit poser les bases d’une connectivité accrue des personnels comme des clients pour contribuer à la performance et à la productivité. Un accord a été conclu avec les chemins de fer allemands, Transdev, la RATP et Blablacar pour établir une centrale de données. Le but est d’émettre un seul billet qui permettrait d’emprunter différents moyens de transport. On ne dit rie au sujet des «économies» de personnel qu’entraîneraient de telles réformes pas plus ce qu’elles signifieraient quant à la charge de travail des survivants.

-7septembre 2017-Cela prend bien le chemin d'une intrusion constante dans notre quotidien. Dans une résidence étudiante de Rennes, le CROUS, l’organisation étudiante qui gère les services sociaux a imaginé, soi disant pour contrôler la solidité des lits, de placer des capteurs dans le cadre des lits pour évaluer la charge qu’ils supportent et contrôler ainsi tous les ébats qui peuvent s’y passer.

Etats-Unis – 2 août 2017 – Les 80 salariés de Three Squae Market à River Falls (Wisconsin), entreprise de logistique, ont été invités à se laisser implanter entre le pouce et l’index une puce électronique qui leur permettra d’un seul geste d’ouvrir les portes, de mettre en route l’ordinateur, de payer la cantine et d’utiliser le photocopieur. La petite merveille d’espionnage ne coûte que 255 euros l’unité. 50 travailleurs ont accepté de se faire ainsi«ériser». Les autres ont le choix d’avoir la puce dans une bague ou dans un bracelet. On peut rêver sur les immenses possibilités qu’offre une telle invention, pas seulement pour ce patron ou d’autres, mais aussi pour tous vivants, humains comme animaux.

14 août 2017 – Une firme américaine estime que l'intelligence artificielle supprimera aux USA dans le management 250 emplois sur 520 actuellement d'ici 2025

 Monde - été 2017 – L’extension des services en ligne (près de 30% du commerce de détail aux USA que nous avons évoquée au début de ce bulletin) est présente ici même avec les entreprises du gendre Deliveroo. Il s’agit en fait d’une reconquête par le capital d’un secteur d’activité personnelle à savoir les déplacement du consommateur par n’importe quel moyen pour faire des achats et une inversion de la tendance récente de faire faire, pour des raisons d’économie, au consommateur ,des tâches qui étaient autrefois assumées par le distributeur. Cela témoigne de l’intrusion des tentacules du capital à la recherche de plus value dans tous le secteurs du quotidien de chacun.

Ceux du bas de l’échelle des exploités de toutes sortes et leurs résistances

 Hong Kong -8 septembre 2017 – 450 femmes parmi les milliers de domestiques d'origine philippine, indonésienne ou thaïlandaise marchent vers le département du Travail pour une revendication de salaire de 700 euros mensuels (actuellement de 550 euros.).

 Grande-Bretagne – août 2017 - Chaîne de confection de boîtes de repas avec six servantes ( 4 indiennes, une polonaise et une française) dont 4 intérimaires et au dessus de toutes, une contremaîtresse. La chaîne se déroule à un rythme fixé pour permettre la confection de 2000 boîtes repas dans la journée. Si les ouvrières ne peuvent ralentir directement ce rythme, elles y parviennent pourtant, la préposée à la mise des boîtes vides sur le tapis espaçant la distance entre les boîtes sur le tapis roulant , ce qui , en fait diminue la cadence de travail de chacune d’entre elles. Les autres qui remplissent les boîtes ont aussi d’autres astuces élémentaires pour ralentir encore plus le rythme. La complicité est générale ….quand la contremaîtresse a le dos tourné. Résultat constaté et reproché par la maîtrise:: il ne sort que 870 boîtes dans la journée.

-5 août 2017- Les larbins du nettoyage se comptent jusqu’à 500 000 , principalement des femmes noires .750 de ces nettoyeuses mènent une grève de 5 jours à Londres pour les salaires.

-17 septembre 2017- Un effet du Brexit est d’entraîner une pénurie des exploités venus d’Europe pour assurer le fonctionnement notamment des exploitations agricoles. Pour 2017 jusqu’à aujourd’hui cette chute de l’arrivée des migrants d’Europe s’élève à 246. La loi de l'offre et de la demande fonctionnant à plein, cette pénurie entraîne une hausse des salaires dans ce secteur, ce qui réduit la compétitivité.

-16 septembre 2017 – le taux de chômage n’est , officiellement seulement de 4,3% mais cela masque une situation dramatique pour les travailleurs britanniques

19 septembre 2017 – deux millions de familles parmi les plus pauvres vont avoir l'aide sociale dont elles bénéficient amputée de 60 euros par mois et ce n'est qu'un début.

1 juillet 2017 -Les «indépendants» sont passés de 8% de la force de travail en 1980 à 15% en 2016 et touchent 4,25 millions de pseudo travailleurs. Les contrats 0 heure (sans garantie d'emploi et disponibilité totale pour toute durée d'une mission ) sont passés de 170 000 en1980 à 1 million en 2016. Un tiers des emplois ne sont pas sécurisés.

 Monde – 18 septembre 2017 -0n estime que 815 millions d’êtres humains ont souffert de la faim en 2016, en hausse de 38 millions par rapport à l’année précédente. Leur répartition varie selon les contrées tout comme les conséquences sur l’état de santé général.

 Union Européenne - 12 juillet 2017- Selon une étude de la Hans Böckler Foundation,la population européenne vivant dans la pauvreté est en croissance constante. 10% de la population âgée entre 18 et 64 ans vit avec moins de 60% du revenu moyen de leur pays (ce taux est de 19% en Roumanie, de 14% en Grèce et de 13% en Espagne. Leur nombre a doublé: de 2 millions en 2004 à 4 millions en 2014. Pendant ce temps, en Allemagne, les super riches possédant plus de 50 millions de dollars est passé de 500 à 6; on décompte 114 milliardaires et 36 des plus riches possèdent globalement une fortune plus élevée que la moitié es plus pauvres.

 République du Congo (RDC) -14 août 2017- L’extension de la voiture électrique et des accumulateurs plus performants entraîne une demande d’un métal rare, le cobalt. La RDC en possède les principales réserves connues (60% du monde). Il en résulte une exploitation sauvage par des mafias locales dans des conditions effroyables pour les travailleurs concernés, non seulement dans des conditions de travail primitives mais aussi sans aucune sécurité le tout dans un climat de pauvreté extrême de violence et de corruption, pour le plus grand profit des multinationales minières qui au bout d’une chaîne d’intermédiaires collectent la production du métal en question.

 Espagne – 7 septembre 2017 –Enclave espagnole de Ceura . Les femmes mulets Chaque matin , entre 7à 9femmes prennent sur leur dos des ballots de marchandises de 50 à 90 kg qu’elles doivent transporter dans une marche à pied risquée de plusieurs heures par des voies dangereuses ( l’un de ces trajets fermé aujourd’hui s'appelait «l’escalier de la mort») vers le Maroc. Elles font ainsi plusieurs allers-retours par jour pour une rémunération de 20 à 30 euros. Ce trafic clandestin , plus ou moins toléré représente jusqu'à «30% des exportations de l’Espagne vers le Maroc et est particulièrement lucratif à cause du différends entre l’Espagne et le Maroc sur le statut de cette enclave qui fait que ces marchandises sont exemptées de tous droits de douanes ou autres taxes.

 Arabie Saoudite -31 août 2017 – La crise pétrolière réduisant les recettes de la monarchie, les projets pharaoniques et autres sont abandonnés et les milliers d’esclaves venus d’un peu partout d’Afrique et d’Asie sont largués dans une situation irrégulière ce qui entraîne condamnation et expulsion s’ils sont arrêtés. La plupart n’ont pas l’argent nécessaire pour payer le voyage retour. La situation est telle que le gouvernement a du le 29 mars dernier décréter une amnistie de 90 jours pour permettre à ces clandestins ( près d’un million) de quitter le pays sans être poursuivis.. Cette amnistie a dû être prolongée à deux reprises jusqu’au 24 août 2017 . C’est ainsi que 70 éthiopiens ( sur les 170 esclaves éthiopiens d’Arabie saoudite) se sont retrouvés dans une situation plus que misérable dans leur pays d’origine où plus d’un tiers de la population vit sous le seuil de pauvreté.

 -Etats -Unis - 3 juillet 2017 – Minneapolis -Saint-Paul (Minnesota) boîte de fast food Jimmy John : 200 travailleurs jeunes. Plusieurs d’entre eux tentent de faire revivre le syndicat IWW et d’obtenir la représentativité dans l’entreprise pour tenter d’améliorer les conditions de travail. Ils échouent par 87 contre et 85 pour ( on peut se douter des pressions qui ont du s’exercer). Donc , pas de contrat , le patron peut continuer à imposer ce qui lui plaît quant aux conditions de travail. Les jeunes ne désarment pas pour autant et tentent des actions notamment pour obtenir les paiement des salaires en cas de maladie. Trois d’entre eux sont licenciés. Il poursuivent le patron pour licenciement injustifié mais ils sont déboutés en appel ce qui confirme leur licenciement parce qu’ils ne peuvent invoquer aucune protection légale et que par leur action ils ont terni la réputation de l’entreprise et entravé son bon fonctionnement.

– août 2017 – En juin 2012, Obama avait promulgué un programme DACA (Deferred Action for Childhood Arrivals) régularisant, sous certaines conditions le séjour aux USA des enfants et jeunes adultes immigrants en situation irrégulière. 800d’entre eux ont bénéficié dde ce programme mais leur autorisation de séjour doit être renouvelée régulièrement s’ils ont fait des études ou occupent un emploi quelconque. C’est ce que Trump veut remettre en cause tentant, dans la lus grande confusion et incertitude, d’incriminer le Congrès dans cette tentative de transformer ceux que l’on appelle les «» ( les rêveurs ) émigrants illégaux expulsables à tout moment vers des pays dont ils ne connaissent pas grand chose et souvent dangereux pour eux. Si ces mesures devenaient effectives,300 000 jeunes perdaient toute protection en 2018 et 320en 2019 .

-3août 2017 – Amazon embauche. Une nouvelle section de la firme Amazon fresch envisage de créer 20 centres de distribution de produits frais. Même pour 40 heures par semaine à 12,50 dollars de l’heure des dizaines de milliers de futurs esclaves font la queue pour affronter le monstre dans des cadences infernales ou des chambres frigorifiques pendant des heures par jusqu’à moins trente degrés, passant une partie de leur temps à s’habiller chaudement et à se déshabiller. Par exemple à Pittsburgh le centre Amazon fait travailler à temps partiel des équipes de 4 heures , 10-14 h ou 4-8 heures, pas au choix, horaires imposés. Pour s’épargner l’embauche de livreurs, Amazon contraint des travailleurs qui viennent tous en voiture à faire des livraisons de produits lors de leur retour à leur domicile

-août 2017 -Salinas -Californie, Taylor Farm, le plus gros producteur mondial de salades et de légumes frais exploite entre 1et 2travailleurs tous immigrants légaux ou illégaux. Une grève sauvage pour les salaires , un contrat de travail des garanties maladie ( notamment des garanties contre l’exposition aux pesticides – hospitalisation récente de 18 d’entre eux) , grève qui se voit couper les salades sous leur pieds par une accord signé par le syndicat des Teamster qui leur accorde seulement 1,50 $ de l’heure immédiatement et 1$ de plus au 1er janvier prochain . Dans la même période, dans une conserverie, la grève de 600 travailleurs ( dont seuls 10 sont en CDI et où le syndicat des Teamster a obtenu la représentativité), obtient des augmentations de salaire du même ordre après 20 jours de grève

- 19 septembre. 10000 travailleurs des la collectivité locale du comté de San Diego en Californie menaçant de faire grève illimitée le syndicat SEIU leur coupe l'herbe sous les pieds en concluant un accord de reprise du travail après deux jours de grève, avec un accord portant essentiellement sur les salaires: 13% d’augmentation…sur cinq ans. Toute une partie des membres du syndicat menacent de démissionner.

-août 2017 – les conditions de travail aux USA se sont tellement dégradées que Foxconn qui habituellement exploite les travailleurs chinois veut installer une usine dans le Wisconsin, les conditions présentes de travail ajoutées à l’économie des frais de transport font de la main d’œuvre américaine une alternative profitable.

28 septembre 2017— D'après le 2017 distressed Communities Reportde 52 millions d’américains (17% de la population) vivent dans des communautés totalement dépourvues. Réparties sur 20% du territoires américain , elles se retrouvent princialement dans le Sud et dans la région des Grands Lacs. Pratiquement, leur situation est restée inchangée depuis l’an 2 000.

 Allemagne – 26 aopût 2017 – Le miracle allemand. 40% des travailleurs gagnent moins qu’il y a 20 ans d’après les statistiques du ministère du Travail alors que les 60% restants ont enregistré une augmentation de 10% dans la même période. Plus d’un travailleur sur cinq gagne moins de 10 euros de l’heure.

 Egypte - 6 septembre 2017 – Le pays est le centre d'un trafic d'organes, la moitié des 2000 transplantations annuelles étant d'origine illégale. Les Egyptiens pauvres et aujourd'hui de plus en plus d'immigrants trouvent dans la vente d'un de leurs organes le capital pour payer des passeurs. Ce type de trafic d'organes se pratique aussi dans d'autres pays du Moyen Orient, parfois sous la contrainte physique .Il y a des années avait été dévoilées des méthodes clandestines de production d'organes conduisant souvent à la mort, pratiquées sur des prisonniers immigrants dans le désert du Néguev, trafic dont bénéficiait Israël et il n'est pas du tout sûr que cette pratique n'existe plus et ne se pratique pas ailleurs.

 Chine – août 2017 – Foxconn la méga firme qui fabrique une bonne partie de tous les bidules électroniques pour les marques mondiales a des usines géantes dans lesquelles les conditions de travail sont particulièrement drastiques. Chez les exploités, les uns se barrent en peu de temps: à l’usine de Longhuan 24000 travailleurs quittent le navire, chaque mois d’autres tentent l’impossible pour obtenir quelques miettes: en août 150 esclaves menacent de se suicider collectivement en sautant du toit de l’usine s’ils n'obtiennent pas ces quelques miettes (18 l’ont fait en 2010 dont 14 y ont perdu la vie) Les protestations ont débuté le 2 juin lorsque la direction a décidé de déplacer 600 ouvriers pour les affecter sur une nouvelle chaîne de montage d’ordinateurs portables où la cadence est telle et les manipulations si lourdes que les ouvriers en ont les mains en sang.

 France – juillet 2017 – Les esclaves en vélo ou motorisables de Deliveroo se voient imposer un autre morde de rémunération; Dorénavant , ils sont payés à la course 5 euros. Virés s’ils refusent ces nouvelles conditions qui diminue leurs salaires de 15 à 20%. Les protestations restent sporadiques et de peu d’effet..

DES GREVES TRADITIONNELLESA LA PELLE DANS LE MONDE ENTIER

Grande Bretagne – 7/7/2017 -Grève de 26 jours du personnel de bord de British Airways pour les salaires et contre les sanctions imposées à 1400 d’entre eux qui ont participé à la grève précédente (46 jours) ( salaire annuel de 12 000£ à 16 000£ ( 14 000 à 18 000 euros)

Rien qu’en septembre 2017, toute ne série de grèves limitées, localisées, 12 heures pour les pilotes de Thomas Cook, dans les différentes compagnies de chemin de fer contre un seul opérateur par train (programme Driver Operated Only), contre le licenciement de 113 éboueurs à Birmingham, dans l’entreprise du BTC ,HTC Wolfkan,

 Etats-Unis – 21/8/2017 – Mullan,Idaho, mine d’argent Lucky Friday , contre les propositions patronales d’un nouveau contrat qui réduit les mesures de sécurité et les cotisations patronales d’assurance et de retraite; en grève depuis le 13/3 /2017.

Canada -17 septembre 2017 -Usine General Motors CAMI à Ingersoll dans l’Ontario, la plus profitable et la plus productive des usines GM en Amérique du Nord. Mais les patrons en veulent toujours plus: accélération des cadences de la chaîne, trois équipes sur 24 heures six jours sur sept. Mais le problème essentiel est le transfert de production au Mexique en application de l’accord de libre échange ALENA. Un premier transfert au Mexique a déjà eu lieu avec comme conséquence la mise à pied de 600 travailleurs. D’autres transferts sont prévus et le syndicat exige, pour le renouvellement du contrat, la garantie contre de nouveaux transferts. L’intensification de la charge de travail n’aurait pour but que d’unifier les conditions d’exploitation avec celle des usines GM du Mexique. La grève, votée à 99,8% par les 3 000 travailleurs est effective depuis le dimanche 17 septembre. Après 4 jours de grève, les répercussions se font sentir sur toute la chaîne de production: l’usine de London (Ontario) qui fournit des pièces détachées doit mettre à pied 308 ouvriers.

Colombie -6 juin 2017 – 60enseignants en grève depuis le 11 mai manifestent à Bogota rejoints par les étudiants et des paysans protestant contre le prix du riz. Tous contre la politique du gouvernement. Bagarres avec les flics. Le 5 septembre fin d'une grève de 10 000 mineurs des petites mines artisanale commencée le 21 juillet après un accord conclu le 31 août sur intervention du gouvernement

Pérou- juillet 2017 - Grève nationale illimitée dans 50 petite mines, grève également grève des enseignants contre une nouvelle réforme de la réglementation du travail (les mineurs travaillent sans aucune sécurité pour un salaire de 9 à 12 $ par jour)

- 4 septembre 2017 – Après 50 jours de grève des enseignants dans tout le pays ayant contraint le gouvernement à décréter l’état d’urgence et sous la menace de licenciement, les syndicats des enseignants décident de suspendre la grève provisoirement…. Sans avoir rien obtenu. Pourtant tout au long de la grève, des manifestations spectaculaires ont montré la détermination des grévistes (manifestation monstre à Lima, blocages routiers) . Le mouvement visait à obtenir des augmentations de salaires, de meilleures conditions de travail et contestait une réforme du système éducatif.

Allemagne – La compagnie aérienne Air Berlin est en faillite. Contre une menace de licenciement, les 1 500 salariés de tous ordres mènent des grèves maladie en alternance entraînant l’annulation de parfois de plus de 100 vols.

Indonésie- 29 juillet 2017 –Mines de cuivre et d'or de Grasberg en Papouasie, 8travailleurs , 12 000 permanents et 20 000 temporaires contre 2000 licenciements en mai dernier et des menaces d'autres licenciements; en grève depuis deux mois et demi, le mineurs bloquent l'entrée de la mine

Slovaquie -20 juin 2017 – Usine Volkswagen de Bratislava - 10 000 ouvriers obtiennent après six jours de grève une augmentation de salaires de 14% payable en trois fractions jusqu'en novembre 2018. Le salaire moyen avant le grève était de 980 euros.

Serbie – 27 jin 2017 -Usine Fiat de Kragujevic, les 2000 ouvriers, après deux journées de grèves d'avertissement sans résultat, continuent la grève qui touche toute l'usine le 6 juillet Les revendications concernent non seulement les salaires ( salaire actuel mensuel 320 euros, revendication 380 euros) mais aussi le paiement des heures supplémentaires, une prime de transport et l'adaptation des horaires de travail aux horaires des transports. Sur intervention du gouvernement (Etat actionnaire à 30%) des pourparlers sont organisés et la grève cesse la 18 juillet

 Chine -28 juillet 2017 – Multinationale Walmart : l380 magasins de Chine – 16 500 travailleurs manifestent pour les salaires et votent la grève s’il n’y a pas de réponse patronale.

- 29 juillet 2017 – Shenzhen : 2 000 travailleurs de Zanon Precision Industry, filiale du groupe allemand Stihl, mettent fin à deux semaines de grève contre une relocation de l’usine après la menace d’imposer de nouveaux contrats plus défavorables. Un blocage de l’usine pour empêcher le transfert des marchandises et des machines est attaqué par les flics qui occupent l’usine après une bataille avec les grévistes : 5 arrestations, 12 blessés.

Espagne –9 août 2017—Aéroport de Barcelone El Prat - 350 agents de sécurité entament une grève perlée après avoir rejeté une proposition d’augmentation de salaires de 18%; La Guardia Mobile les remplace.

Portugal –20 septembre 2017– Grève des infirmières déclarée illégale pour ne pas avoir respecté le préavis de 10 jours. Une manifestation à Lisbonne regroupe 3 000 d'entre elles habillées en noir avec un teeshirt portant l'inscription «Basta». Leur salaire n'a pas été augmenté depuis six ans . De plus, bien qu'elles soient payées pour 35 h de travail , elles font constamment des heures supplémentaires dont elles revendiquent le paiement.

Les nouvelles routes du capital

nouvelle_route_de_la_soie

 

Si la numérisation permet au capital de descendre en profondeur dans le quotidien du travail et de la vie, les transformations spatiales géographiques ne sont pas en reste dans l’évolution et les restructurations du système mondial de production et de transport, pour lesquelles le rôle du numérique n’est pas essentiel. On ne peut citer sue quelques exemples de ces transformations.

Chine 17 juillet 2017 – La Chine établit une base militaire à Djibouti, concurremment avec pas mal d’autres pays dont évidemment la France, ancienne puissance coloniale du lieu. Pour la Chine, cette base est en quelque sorte la consolidation du terminal de ce que les Chinois ont appelé la Nouvelle Route de la Soie, et qui est un programme sur lequel sont déversés des milliards de dollars et qui vise à établir entre la Chine et l’Afrique toute une série de bases portuaires qui seront non seulement des relais mais aussi des bases de pénétration vers l’intérieur des pays concernés par la construction d’infrastructures routières et ferroviaires.

- 19 août 2017- Un méthanier géant russe a accompli un voyage dans l’Océan Arctique de la pointe nord est de la Sibérie jusqu’au nord de l’Europe, voyage permis par le réchauffement climatique qui fait fondre deux fois plus de glace que la moyenne annuelle précédente et qui, en septembre , fait que les glaces ne couvrent plus que la moitié de l’espace qu’elles occupaient précédemment. Le voyage de ce méthanier coïncide avec le début de l’exploitation d’un important gisement de gaz dans l’extrême nord est sibérien par une groupe pétrolier associant gaziers russes, chinois et français. Ce voyage n’est pas qu’expérimental car il vient en concurrence avec les pipelines en exploitation ou en construction entre la Russie et l’Europe

CONTRÔLE DES LUTTES, GOUVERNEMENTS ET SYNDICATS

France – août 2017 - Il vient ‘être créé une Commission Interministérielle de suivi des conflits collectifs du travail. Le but est de prévoir les conflits et s’ils ont éclaté de proposer les mesures pour y mettre un terme, cela, est-il précisé dans tous les secteurs sensibles touchant la vie quotidienne. C’est-à-dire le champ le plus vaste d’intervention de l’Etat.

Belgique – 30 août 2017 -Syndicat et patrons de Caterpillar signent un accord pour la fermeture de l’usine de Gosselies (Wallonie) ceci dans le cadre d’un plan de restructuration mondiale de la multinationale qui en 2017 exploitait 110 000 travailleurs dans 500 usine sises dans 180 pays. Fin 2018, 20 usines devraient être fermées avec 20 000 licenciements Pour la Belgique il est prévu 2 300 licenciements avec une indemnité de licenciement moyenne de 30 000 euros par travailleur

B9711640402Z

DES EMEUTES PARTOUT DANS LE MONDE

Algérie – 29 juillet 2017 - El Match , un bidonville dans la grande banlieue d'Alger. Pour obtenir des logements, des manifestants, en majorité des femmes, bloquent une avenue proche du site. La police réprime, et c'est la bagarre.

Inde- 15 juillet 2017 – des centaines de villageois en colère attaquent la résidence d'un riche suite à des violences contre une domestique exploitée par ce nanti.

Maroc -20 juillet 2017 -Nouvelles manifestations dans cette ville du Rif, Al Hoceima seulement la suite de toute une série d'actions et d'émeutes qui ont suivi depuis une année la mort tragique d'un revendeur de poissons qui tentait de récupérer dans une benne à ordure ce qui avait été confisqué par les autorités pour origine illégale. Les protestations s'étaient étendues à tout le Maros (voir précédents bulletins). Le gouvernement central a décrété l'état de siège sans grand effet car les manifestations et actions diverses se poursuivent; Jusqu'à présent ces actions ont fait près de 100 blessés et occasionné plus de 300 arrestations , dont ceux qui sont considérés comme les «leaders» du mouvement.

Egypte – 10 juillet 2017 – Dans une île du Nil dans la banlieue du Caire tout un ensemble de constructions illégales sont attaquées pour destruction par la police. Des affrontements font un mort et 50 blessés. On doit ajouter que la situation économique en Egypte est catastrophique avec une inflation à deux chiffres et une augmentation de l'électricité de 42% et du carburant de 50% suite à l’arrêt des subventions imposés par la plan de rigueur du FMI en contrepartie de l’accord d’un prêt; permettant de renflouer le marasme de l’économie

Grande Bretagne—18 septembre2017—Nouvelles mutineries dans les prison de Sa Majesté . En 2016 chaque mois a vu trente fois.la nécessité de l’intervention des équipes anti émeutes; Plus récemment , les émeutes sont récurrentes, le 27 décembre ,60 prisonniers se mutinent à Swaleside, début juillet, mutinerie de 6h à Lewes, le 21 juillet mutinerie à Howell (Redditch), fin juillet 200 prisonniers se révoltent pendant deux jours à Birmingham, de nouveau à Birmingham le 3 septembre

VENEZUELA

Bien plus qu’une odeur de pétrole et de démocratie bafouée

 

Il n’est pas de jours sans qu’on évoque la marche vers une sorte de dictature d’un président particulièrement contesté dans la rue d’une opposition qui compte aujourd’hui plus d’une centaine de mots dans un pays une fois et demi la France mais peuplé d’à peine la moitié d’habitants que notre pays. Nous n’avons pourtant pas l’intention dans les lignes qui suivent de donner une vision exhaustive du Venezuela – peut-être le ferons-nous plus tard.

Nous voulons seulement souligner que, quel que soit le régime politique, ce pays, comme tant d’autres petits pays pétroliers vivant sur la rente pétrolière, on trouve le même système d’utilisation de cette rente à des fins politiques, essentiellement le maintien d’un clan au pouvoir (souvent l’armée) par tout un réseau de clientélisme et de corruption. Ce pactole n’est nullement utilisé pour assurer un développement économique agricole e industriel ce qui finit par rendre l’équilibre économique et politique du pays totalement dépendant des variations du ours mondial du pétrole.

Le Venezuela est bien placé dans cette galerie de pays pétroliers gangrenés par cette richesse qui est à la fois, comme la langue d’Esope, la meilleure et la pire des choses: le pays dispose des plus importantes réserves pétrolières du monde ( 1/3 des réserves mondiales) plus que l’Arabie saoudite, ce qui attire bien des convoitises.

Pour le Venezuela, comme pour les autres pays pétroliers, l’utilisation de la rente que nou s venons de souligner des conséquences qui, avec le temps et la baisse du prix du brut se révèlent catastrophiques, y compris sur l’activité pétrolière elle-même. Non e le Venezuela doit importer l’essentiel de ses produits alimentaires mais surtout faute de matériel importé, non seulement ses raffineries deviennent inopérantes et les nouveaux forages nécessaires ne peuvent être effectuer. C’est ainsi que le pays doit importer les produits finis qui sont nécessaire à la marche minimale de l’économie.

La production pétrolière est assurée par une société PDSVA, nationalisée depuis 1975 bien avant Chavez devenu président en 1998. C’est cette société qui se trouve aujourd’hui au cœur d’un conflit international autour du pétrole dans lequel s’affronte les USA et la Russie et dans lequel ce qui se passe au Venezuela n’apparaît qu’un épisode dramatique.

Un article du Financial Times du 25 juillet dernier révèle les dessous de ce conflit sous le titre «’action des USA contre le Venezuela entravée par des soupçons sur le rôle du raffineur Rosneft»

(précisons que Rosneft est une société d'Etat russe le plus grand pétrolier russe) . PDVSA école du pétrole vénézuélien aux USA (40% des exportations pétrolières) par le canal d'une filiale américaine Citgo qui détient sur le territoire américain trois raffineries et 6000 stations servies; L'an passé, face aux pertes occasionnées par la chute du prix du brut; Citgo fut offert en garantie d'un prêt consenti au Venezuela par Rosneft. Cette pénétration de fait du géant russe sur le marché américain déclencha des tentatives du trésor américain de récupérer Citgo, qui devient de fait le seul fournisseur de produits finis au Venezuela. De son côté, la crise de liquidités s'accentue: les navires qui viennent fait des livraisons de matériels divers et de carburants font la queue en mer devant les principaux ports du pays et ne déchargent leurs marchandises que si le prix de leur cargaison en a été dûment payé: le mois dernier un pétrolier chargé de produits finis livrés par BP est reparti après deux mois d’attente sans avoir pu décharger faute de paiement. Personne ne veut lus prêter à au pays sans de sérieuses garanties. Rosneft de son côté cherche à utiliser sa position présente pour avoir une entrée directe sur le pétrole vénézuélien en profitant des besoins financiers du pays: il propose à Maduro pris à la gorge par la crise financière de lui vendre le droit d’exploitation directe des réserves pétrolières du pays. Ce qui permettrait à la société d’Etat russe de prendre le pas sur toute l’exploitation du pétrole vénézuélien, y compris sur les compagnies pétrolières américaines ou autres encore présentes dans le pays et de pratiquer éventuellement un dumping sur le prix du pétrole.

Mais ce marché requiert une autorisation du gouvernement qui ne peut être donné que s’il est procédé à un changement constitutionnel, la présente constitution garantissant la propriété nationale de la manne pétrolière. Pour changer la constitution, il faut une nouvelle assemblée constituante: ce n’est pas tant pour renforcer son pouvoir personnel (c’est en fait la condition de sa survie politique) que pour permettre ce renflouement financier par la vente des bijoux de famille que cette nouvelle assemblée a été élue. Comme le souligne un commentateur «seul pont est qu’ils ont besoin de cet argent. Leur seule façon de sortir de ce chaos total est de faire que la production pétrolière augmente», on peut ajouter que seule Rosneft ( c’est-à-dire la Russie) est en mesure de le faire à cause de son expérience pétrolière, la Chine, l’autre prêteur et client pétrolier n’ayant pas sur ce point l’expertise et les moyens de la Russie.

On ne peut que souligner qu’à travers ce pion avancé par les Russes dans l’hémisphère américain, deux pôles mondiaux pétroliers apparaissent, l’un formé par les USA et le Moyen Orient, l’autre formé par la Russie et maintenant le Venezuela. En complément on peut aussi ajouter que l’Union européenne dépend, dans ce secteur plus du pôle russe que du pôle américain.

LES CRIMES DU CAPITAL

Voilà ce qui se passe à la SNCF, à la Poste et dans bien d'autres secteurs, sans grand tapage médiatique, sans monument aux morts pour les victimes du terrorisme de classe.

France :le terrorisme de classe à l’œuvre

Depuis le mouvement contre la loi El Khomeri dite aussi loi travail imposée par le gouvernement de Manuel Walls nombreux sont ceux qui ont découvert, que la constitution française autorisait à passer outre le parlement . Une prérogative que manuel Walls premier ministre va utiliser en faisant jouer l' article 49/3 pour imposer le passage de la loi El Khomeri.  En pratiquant ainsi Manuel Walls finissait d' achever la mandature de François Hollande, qui ne se représentera pas à l'élection présidentielle. Le fusible Hollande venait... [Lire la suite]

 

On se souviens de la vague de suicide entre 2008 et 2009 qui a touchée France Télécom au moment de sa privatisation, pas moins d’une trentaine de suicides. Se souvenir aussi des suicides au technocentre de Renault Guyancourt. Le 20 octobre 2006, un technicien va se jeter du cinquième étage du bâtiment principal du technocentre, un second va se noyer le 22 janvier, en l’espace de trois mois c’est trois suicides au technocentre.

La Poste est l'une des entreprises les plus touchée par le harcèlement permanent, en 2016 la Poste, compte plus de 50 suicides, plus les dépressions nerveuses, les AVC...

Les agriculteurs, eux aussi se trouvent acculés par la concurrence et l’endettement. Un agriculteur se suicide en France tous les trois jours. Un rapport de santé publique France, indique que sur la période de 2010 et 2011 le nombre de suicides hommes était de 253 et 43 pour les femmes. Le 20 mai 2017, un jeune paysan Jérôme Laronze tombe sous les balles d'un gendarme.

Mais ce qui se passe en France est à peine la partie émergée de l’iceberg du massacre des hommes par le capital. Quand on évoque ce problème, chacun pense aux guerres de toutes sortes qui ravagent certaines parties du monde.

Bien sûr le nombre des victimes de ces guerres récentes est spectaculaire: Afghanistan 220 000 morts, Irak un million, Pakistan 80 000, Syrie 500 000 en 6 ans, toutes ces guerres confondues plus de trois millions de morts sans compter les victimes collatérales par privation et maladies..

La guerre de la drogue fait, pour le seul Mexique 200 000 morts et des victimes à des taux divers suivant les pays partout dans le monde (par exemple aux Philippines où l’on tue à volonté soi-disant pour déraciner la drogue)

Mais par son dérèglement climatique, le capital fait monter le nombre d’autres victimes indirectes de l’activité économique du capital. Entre 2001 et 2010, le nombre des victimes des catastrophes climatiques et autres ouragans, s’est élevé à 50 000 et rien que dans la période toute récente, on décompte au total depuis des centaines à quelque dizaine de victimes, plus de 10 000 victimes.

Malgré tout cela, il est un chiffre totalement ignoré qui exprime le nombre des victimes du capital pour l’ensemble des exploités dans le monde, celui de ceux qui meurent assassinés dans l’accomplissement de leur exploitation par un patron quelconque. En 2016; d’après l’Organisation Internationale du Travail (OIT), le capital assassine un travailleur toutes les 15 secondes. Faites un calcul, cela fait 6 300 victimes par jour et 2,3 millions par an qui décèdent dans la guerre constante entre le capital et le travail, la guerre de classe. Tout ce qui a pu être dit ci-dessus doit être relativisé, sans pour autant être minimisé, eu égard à cet holocauste quotidien par le capital.

 DEUX POIDS DEUX MESURES

On pourrait épiloguer sur le traitement de l’information par les médias, non seulement dans le choix des informations «et pas dérangeantes» et mais aussi dans leur relativité indépendamment de leur importance. Un bon exemple serait dans les reports des catastrophes climatiques , un autre dans les victimes d’attentats. La lutte de classe n’échappe pas à cette discrimination.

Les médias font actuellement beaucoup de bruit sur le capitalisme et ses entreprise multinationales qui subissent de plein fouet la concurrence due à ’introduction de nouvelles techniques et/ou à la montée en puissance de pays en développement essentiellement la Chine et l’Inde: on glose énormément sur la vague de concentrations lorsqu'elle touche des entreprise jugée «» ( alors que souvent elles ne le sont pas) mais bien peu sur l’accord entre autres entre les géants Walmart et Google. La défense d’entreprises dites «» par les souverainistes devient carrément à la fois ridicule et trompeuse dans la plupart de prises de positions sur les concentrations ou fusions d’entreprises sises France sans considérer ce qu’elles sont réellement. Que signifierait par exemple la défense au nom de cette priorité nationale, d’une usine Renault alors que cette multinationale exploite bien plus d’usines hors de l’hexagone et qu’elle travaille de concert avec les multinationales japonaises Nissan et Mitsubishi . C’et pourtant ce qui se passe acvec les Chantiers de l’Atlantique ou Alsthom. Pour le Chantiers de l’Atlantique, il y a belle lurette que ces chantiers sont dans l’escarcelle du coréen STX et que seule la fillite de cette multinationale coréenne met sur le marché les 66% des parts qu’elle possède dans les chantiers de Saint-Nazaire. L’accord conclu avec le trust italien de la construction navale Fincantieri – un marché juteux puisqueles chantiers de Saint-Nazaire ont presque dix années de commandes – protège l’ensemble des travailleurs des chantiers ( 6dont 3dans la sous-traitance). Mais l’ensemble ne menaçait guère l’emploi et les garanties comportant l’accord quant à d’éventuels licenciements a été obtenu sans que les travailleurs concernés aient à entrer dans une lutte quelconque. L’accord Alsthom -Siemens se siitue dans cette même perspective ( notons seulement que dans les deux cas, c’est la concurrence chinoise qui entraîne ces concentrations européennes)

Que pèse dans toutes ces opérations sur de grandes entités économiques à l’échelle mondiale la lutte des 283 travailleurs d’un sous-traitant de l’automobile GM&S, eux aussi victimes des concentrations dans le secteur de l’automobile et des restructurations qui s’ensuivent. Ces 283 laissés pour compte se sont battus comme des lions pendant plus de six mois, multipliant les menaces jusqu’auboutismes, les blocages et tou ce qu’ils pouvaient agiter pour un soutien de leur emploi. Au bout du compte u jugement autorise un repreneur de prendre l’affaire en mains pour pratiquement rien en ne conservant que 120 travailleurs et liceniant le reste.. Dans une petite ville de 5000habitants La Souterraine, aux fins fonds de la Creuse qui a déjà vu disparaître en 1992 342 emplois d’une usine de confection, ête u chômge est une garantie de le rester pour longtemps. Si cela exlique la détermination de ces 283 travailleurs, cela explique aussi le peu d’intérêt que ce drame local représente tant pour les intervenants nationaux de l’économie que pour les médias. Les travailleurs sont peut être tous des exploités, mais leur sort n’est pas le même suivant le secteur et la taille de l’entreprise dans lequel ils sont contraints de vendre leur force de travail et sous cet angle, ils ne sont pas égaux. Si les 283 de GM&S sont restés isolés malgré tous leurs efforts démesurés pour faire parler d’eux, ils sont restés isolés eu égard aux entreprise sous-traitantes de même nature ou aux grandes usines de l’automobile. Et leur combat jusqu’à l’extrême ne leur vaudra peut être qu’une indemnisation supplémentaire mais pas la garantie de leur emploi, même pour les 120 sauvés apparemment provisoirement du désastre du leur entreprise causé par une décision des « de l’automobile»