criminal_justice_clipart_18

 

L' offensive est lancée contre le syndicalisme de base, c' est à dire ceux de moins en moins nombreux qui se lancent dans des luttes défensives, prennent les coups sur la gueule pour les autres et quand ils se retournent personne ou presque.

Alors il ne reste plus pour se défendre que le refuge chez les baveux, la pire des solutions car elle donne un faux espoir et précipite les démobilisations, la justice est une justice de classe camarade, le recours aux avocats vous amène toujours à vous renier alors qu'il faut affirmer clairement pourquoi nous nous battons. L' État lui-même ne croit plus au « dialogue social » depuis déjà quelques années, la preuve c' est qu'il restreint le plus possible le droit syndical celui issu du conseil national de la résistance CNR dont le programme « démocratique » et « égalitaire » contingenté au niveau du droit,de l' égalité en droit « l'interdiction aux riches comme aux pauvres de coucher sous les ponts » A. France.

L' État n' a plus l'intention et les entreprises aussi de s'embarrasser, d'un syndicalisme réformiste car ils n'ont plus de grains à moudre, sauf à renforcer l' exploitation de l' homme par l' homme, tout au plus l' État va utiliser le syndicalisme d' accompagnement ( un terme que je ne peux plus souffrir) pour liquider le syndicalisme de base et réformiste.

 

Récemment, nous avons pu vérifier cela avec les attaques systématiques contre les délégués de SUD rail, dont un s'est suicidé, les cheminots sont restés dans l' expectative au moment ou ils avaient tout intérêt à s' engager dans la lutte contre la loi el khomri, maintenant ils n' ont que leurs yeux pour pleurer. Récemment,les fédérations syndicales cheminotes, se sont réunies pour discuter du futur accord de mise en place, du Comité Social et Économique (CSE), nouvelle instance « représentative » du personnel, issue des ordonnances de la Loi Travail XXL, venu supprimer les CE, DP et CHSCT dans l’entreprise. Les conséquences sont sans appel, il s' agit de restreindre le champ d' action du syndicalisme de base, là ou entre le CE,CHSCT, et DP il existait 200 instances représentatives, le projet de CSE se réduit à 29. Les heures syndicales suivront le mouvement elles étaient de 2 millions elle vont passer à 750 000 heures, toutes organisations confondues pour représenter 150 000 cheminots. Ceci présage une attaque en règle contre les avantages acquis , déjà bien entamés dans la profession. Je viens à ce sujet d' apprendre que les cheminots vont devoir déclarer les voyages gratos comme un complément de salaire, même ceux qui les utilisent pour venir au turbin.

Hier les Goodyear aujourd'hui les Carrefour demain les...

Il est inutile de serrer les fesses quand on a chié dans les draps, se plaisait à dire un camarade quand il voyait les ouvriers se mettent en grève quand ils apprenaient leur licenciement, alors que le reste du temps ils se foutaient éperdument de ceux qui tombaient sur le front de la concurrence capitaliste. Et bien camarade nous y revoilà, on se réveille trop tard , on occupe on brûle quelques pneus on tape le carton, bière et merguez à l' appuis, on s' énerve un peu on appelle la population à nous soutenir et dans le meilleur des cas c' est le chèque départ, ou « la formation tout au long de la vie » ceux qui débordent le droit syndical , sont vite repérés (huissiers plus les cognes) et ils terminent dans les bras des baveux pour finir derrière les barreaux. Tel est l' éternel scénario d'une lutte des classes qui n' arrive pas à maturation. Ce n' est pas un combat éphémère que nous devons mener mais un combat historique, un combat pour la suppression de l' exploitation de l' homme par l' homme un combat pour imposer l' égalité réelle. Sans cette perspective attendons-nous à l' insécurité permanente, à la montée de la paupérisation et aux conséquences d'un manque d'unité prolétarienne. Augmentation des suicides des berna-out, des actes individuels du citoyen seul et isolé.

GB